GuidesAccueil

Carnac

Presse passée
Carnac
Carnac: depuis le tumulus St Michel...

Sponsor

carnac
<Cliquer l'image>


PCarnac: Presse passée

La presse du passé de la commune de Carnac est bonne source pour connaître Carnac.

Ces coupures de presse voient faits-divers, larçins, crimes et violences ou simples cuites verbalisées d'une bonne nuit au violon avec nom, prénom et adresse en clair dans la presse.

À l'époque, les menus larçins pour notre époque voient enquête, et il nous est arrivé de découvrir que le commissaire fait une enquête pour un simple morceau de lard !

Crimes odieux et violences sont aussi légions. La violence était déja forte en ces temps reculés.

Carnac

carnac


tFrançais Carnac
tPopulation 4 250 hab
tGentilé Carnacois
tSuperficie 32,71 km²
tDensité129.93 hab/km²
tLatitude 47°35'5" N
tLongitude 3°5'40" W
tLatitude47.584634
tLongitude-3.077862


Rue Bric et Brac

Presse passée

TEvit Farsal - pour s'amuser

La Petite République raconte cette amusante anecdote:
Tout récemment, M. Aristide Briand recevait d'un préfet le télégramme suivant:
- Très embarrassé. Ai trouvé dans séminaire de X... un veau et deux cochons. Comment les nourrir ?
À ce préfet apparemment dépourvu d'initiative, M. Aristide Briand répondit froidement:
- Comprends votre embarras dans cette grave affaire. Tâchez de trouver de quoi nourrir veau et cochons dans votre département. Si réussissez pas, mangez-les.
Depuis ce moment, M. Aristide Briand est sans nouvelles des trois bêtes et du préfet.

LE RÉVEIL BRETON - 13 janvier 1907

TArguments frappants

Carnac, 20 juin - Sur les chantiers d'adduction d'eau de Carnac, le 25 mars dernier, M. Pierre Audo, chef d'équipe, vient de faire une remarque au manœuvre Joseph Kermorvant, concernant sa façon de travailler.
Kermorvant prit la mouche et injuria son chef. Il prit également sa pelle et lui asséna quelques coups sur le crâne. M. Audo dut interrompre son métier pendant 23 jours à la suite de ces blessures.
MM. Cau, avoué, et Fichaut, avocat, demandent pour lui 15.000 francs de dommages et intérêts. Maître Fichaut fait ressortir la sauvagerie de l'attaque de Kermorvant dont le geste ne peut suciter aucune indulgence car son chef ne s'est livré envers lui à aucune voie de fait.
L'inculpé: il ne m'a pas touché ? Ben M...
Malgré sa vivacité, la protestation de Kermorvant ne paraît pas très sincère. L'accusé, niais et hilare, ne témoigne d'ailleurs aucun regret de son acte.
15 jours d'emprisonnement et 1000 francs d'amende.

L'OUEST RÉPUBLICAIN - 23 juin 1938

TSyndicat d'Initiative

Carnac, 3 novembre - Un intéressant groupement vient de se constituer à Carnac, en département du Morbihan. Ce groupement a pris le nom de Syndicat d'initiative de la région mégalithique de Carnac et des plages de la baie de Quiberon.
Il s'occupera des intérêts généraux de la région la plus intéressante du Morbihan et qui comprend Auray, Sainte-Anne, Carnac-ville et Carnac-Plage, Étèl, Locmariaquer, Penthièvre, Quiberon, etc.
Toutes ces communes, qui ont chacune leur histoire et sont d'admirables buts d'excursion, seront mieux connues encore puisque leurs délègués viennent de s'unir pour faciliter aux touristes et aux baigneurs les moyens de visiter toute cette côte dans les meilleures conditions possible.
Le siège social du Syndicat est à Carnac où un bureau permanent placé sous la direction de M. Luneau, ancien notaire, secrétaire général du Syndicat, se tient à la disposition de tous ceux qui voudront bien s'y adresser.

LA CROIX - 6 novembre 1913

pPresse passée

La presse du passé est passionnante !

Regorgeant d'anecdotes ou de faits-divers, parfois croustillante, souvent sordide, parfois amusante, elle nous permet de ressentir la manière de pensée de nos aïeux, de ceux qui ont vécu en cette commune, en ce territoire, de ceux qui l'ont fait vivre et que nous visitons.

La presse passée redonne vie aux simples citoyens, à ces gens qui n'auront jamais nom en livres d'histoire.

Il est plaisant d'y voir l'évolution des importances: en 1900, le commissaire fait une enquête pour un vol de jambon.

La violence est importante: violences ménagères ou non sont courantes, violences villageoises, banditisme ou non aussi ; les comptes se règlent à coups de poings, de bâtons ou autres armes.

Les cuites sont monnaie courante et pas exclusives de certaines régions: nombre de nos aïeux - ayant sans doute très soif, picolent sec !

Un prix spécial devrait être décerné à certains journalistes de cette presse ancienne: les coupures concernant les cuites et amendes en découlant sont parfois d'un humour extraordinaire.

Nous ne pouvons que vous conseiller de lire et acheter la Presse: vous la ferez vivre et imprimerez l'Histoire !