GuidesAccueil

Île de Ouessant

Étymologies et toponymes
Île de Ouessant
Île de Ouessant: Navigant vers Ouessant

Sponsor

ouessant
<Cliquer l'image>


TÎle de Ouessant: Étymologies et toponymes

Les toponymes de Île de Ouessant remontent aux temps les plus reculés pour la plupart, certains du néolithique. Véritables images de ce territoire et de ses générations, ces toponymes, oronymes, hydronymes et leurs significations vous permettent de cerner l'histoire de la commune.

Il n'y a pas si longtemps, champs, prés et lieux, si petits soient-ils, avaient un nom: microtoponyme définissant ce lieu avec précision et fort riche d'information. Ces noms, avec une modernité toponymique, se perdent dans l'oubli ; nous tentons de les inscrire quand découverts et localisés fiablement.

Île de Ouessant

ouessant


tFrançais Île de Ouessant
tPopulation 842 hab
tGentilé ouessantins
tSuperficie 15,58 km²
tDensité54.04 hab/km²
tLatitude 48°27'26" N
tLongitude 5°6'47" W
tLatitude48.457347
tLongitude-5.096431


Rue Bric et Brac

Étymologies et toponymes

tÎle de Ouessant

Ouessant, en breton Enez-Eusa, est cité par Strabon, 64 avant JC, sous la forme Ouxisama, ou, par Pline, sous la forme Axantos. L'itinéraire maritime d'Antonin, quand à lui, nous signale un Uxantisema.

Si certains comiques firent croire que ce toponyme signifiait île de l'épouvante à l'aide de radicaux farfelus, il est plus juste, en utilisant les formes anciennes, de rapprocher Eusa du radical celte ancien uxo- ayant une notion de hauteur...

ouessant-3

tHameaux et quartiers

  • Chapelle ND de Bon Voyage - Chapel Itron-Varia Beaj Vat
    Long: : -5.127227 - Lat: : 48.454380
    La Chapelle Notre Dame de Bon Voyage fut édifiée sur les fondations d'une chapelle plus ancienne existant encore en 1785 et qui était consacrée à Sant Gweltas - Saint Gildas. La construction actuelle est donc moderne et date de la fin du XIX° siècle. La Chapelle Notre Dame de Bon Voyage voit quelques réutilisations de pierres de l'ancienne chapelle.
  • Cost ar Reun - Kost ar Reun
    Long: : -5.125907 - Lat: : 48.455602
    Toponyme dérivant de Reun, Run en français - éminence, colline, terrain élevé et étendu - qui se comprend car surplombant un petit marais côtier ; et de Kost signifiant à-côté, latéral. La zone définie par ce toponyme est en bordure de relief et surplombe le marais côtier en contrebas. Les cartes de 1770-1780 font bien apparaître et soulignent cette colline.
  • Keridreux - Keridreuñ
    Long: : -5.122847 - Lat: : 48.457150
    Le Keridreuñ breton est largement plus significatif que ce Keridreux perdant tout sens. il dérive de ker, maison - et a-dreñv, derrière - impliquant une idée de derrière un repère quelconque, maison ou autres ; mais nous ne voyons pas derrière quoi...
  • Locqueltas - Logeltaz
    Long: : -5.122850 - Lat: : 48.453669
    Le Logeltaz breton est devenu Locqueltas et rappelle l'existence d'un ermitage en ce lieu ; ermitage consacré à Saint Gildas ; probablement un moine faisant choix de solitude pour se consacrer à Saint Gildas. de Lok, ermitage - et Gweltas, Gildas.
  • Pointe du Créac'h - Beg Kreac'h
    Long: : -5.133119 - Lat: : 48.459194
    La pointe a donné son nom au phare tout proche. En breton Beg Kreac'h qui est devenue pointe du Créac'h en français. Ce Kreac'h, avec sa prononciation léonarde, est synonyme de Krec'h - colline. Entouré par la mer d'un côté, bordé par le petit marais littoral qu'il surplombe et bordé par deux ruisseaux, ce toponyme s'explique aisément par la morphologie des lieux. Nous sommes donc sur la pointe de la colline.
  • Poull Guéguen - Poull Gwegen
    Long: : -5.122877 - Lat: : 48.454676
    Poull Gwegen signifierait mare de Guéguen mais ici point de mare ou petite étendue d'eau. Peut-être autrefois, une mare ayant laissé sa trace toponymique. Poull Gwegen est présent sur les cartes de 1770-1780 mais nous ne l'avons retrouvé sur les cartes des Cassini.
ouessant-1

PNos toponymes

Datant souvent des temps les plus anciens, images de l'Histoire, de ses hommes, de leurs langues, nos toponymes sont reflets de l'occupation des territoires par les civilisations qui se succèdent.

L'immense majorité de nos toponymes datent des temps les plus anciens, parfois du néolithique ou de la période préceltique, notamment les oronymes et hydronymes. Ils sont aussi légions à avoir été créés lors des grands défrichements qui ont fait naitre nos paysages, nos hameaux, nos villages et communes actuelles. Images de l'Histoire, de ses hommes et de leurs langues, plusieurs strates linguistiques y sont visibles.

Déplorons les néo-toponymes passe-partout, tristesse effrayante, déprimante et appliqués sans réflexion à des lieux chargés de si belle histoire. Combien de Kerlouano devenus Semaine des quatre jeudis, pour citer une commune bretonne au riche passé ; combien de nouvelles communes aux noms à faire pleurer pierres et monuments ; simple plaidoyer pour nos toponymes, si riches, si beaux, si maltraités par facilité intellectuelle.

Il n'y a pas si longtemps, champs, prés et lieux, si petits soient-ils, avaient un nom: un microtoponyme définissant ce lieu avec précision et fort riche d'information. Ces noms, avec une modernité toponymique, se perdent dans l'oubli. Nous tentons de les inscrire quand découverts et localisés fiablement.