GuidesAccueil

Commana

Étymologies et toponymes

:

Sponsor

commana
<Cliquez l'image>


TToponymes

L'immense majorité de nos toponymes datent des temps les plus anciens, parfois du néolithique ou de la période préceltique, notamment les oronymes et hydronymes.

Ils sont aussi légions à avoir été créés lors des grands défrichements qui ont fait naître nos paysages, nos hameaux, nos villages et communes actuelles. Images de l'Histoire, de ses hommes et de leurs langues, plusieurs strates linguistiques y sont visibles.

Déplorons ces néo-toponymes passe-partout, tristes, effrayants et déprimants appliqués sans réflexion à des lieux chargés de belle histoire. Combien de Kerlouano devenus Semaine des quatre jeudis, pour citer une commune bretonne au riche passé

Commana

commana


tFrançais Commana
 
tPopulation 1 100
tGentilé commanistes
tSuperficie 39,90 km²
tDensité27.57 /km²
 
tLatitude 48°25'0" N
tLongitude 3°57'0" W
tLatitude48.416698
tLongitude-3.950000


Rue Bric et Brac

TÉtymologies et toponymes

En breton, c'est Kommanna qui fut francisé en Commana.

Nous retrouvons ce toponyme au XI° siècle avec un Cummanna puis un Comanna en l'an 1160.

Une hypothèse amusante et populaire ferait dériver ce toponyme de Komm, ar C'homm - auge, l'auge, et d'Anna, la mère de Marie ; prétextant qu'une auge aurait été retrouvée sur l'emplacement de l'église, avec une statue de Sainte Anne parfaitement conservée à l'intérieur.

Plus cohérente et logique est faire dériver ce toponyme de l'ancien breton Cum - vallée, toujours utilisé en gallois contemprain avec un cwm, ou cornique comm. La morphologie du paysage, voyant Commana situé à la naissance de deux vallées confirmant cette hypothèse.

Le suffixe -anna nous ramènerait, pour certains à sainte Anne, particulièrement vénérée en Bretagne. Les toponymes, surtout oronymes et hydronymes étant particulièrement stables et pérennes, nous pensons qu'il est plus cohérent de rapprocher ce suffixe de la déesse celte Dana, ou Anna, déesse et mère de nombreux dieux celtes. Elle est aussi la protectrice des marais et des eaux. Elle fut chritianisée en Sainte Anne, mère de Marie, et cela expliquerait le culte voué à cette sainte en Bretagne.