Vaucluse

Étymologies et toponymes
lacoste-84-2
 Lacoste: Devant le château...
🎲 ⤇ OVNI à Bolazec !

Sponsor

vaucluse
<Cliquez l'image>


■ Vaucluse: Étymologies et toponymes

L'immense majorité de nos toponymes datent des temps les plus anciens, parfois du néolithique ou de la période préceltique, notamment les oronymes et hydronymes.

Ils sont aussi légions à avoir été créés lors des grands défrichements qui ont fait naître nos paysages, nos hameaux, nos villages et communes actuelles. Images de l'Histoire, de ses hommes et de leurs langues, plusieurs strates linguistiques y sont visibles.

Déplorons ces néo-toponymes passe-partout, tristes, effrayants et déprimants appliqués sans réflexion à des lieux chargés de belle histoire. Combien de Kerlouano devenus Semaine des quatre jeudis, pour citer une commune bretonne au riche passé

Vaucluse

Vaucluse
  • Département: Vaucluse
  • Département: Vauclusa
  • Population: 550 568 hab.
    Gentilé: Vauclusiens
  • Superficie: 3 567,00 km²
    Densité: 154.35 hab./km²
  • Latitude: 0°0'0" N
    Longitude: 0°0'0" E
  • Latitude: 0" N
    Longitude: 0

⌘ Vaucluse: Étymologies et toponymes

⟾ 

mirabeau-84-16

◎ Toponymes communaux

  • Althen-des-Paluds - Lei Palùs

  • Ansouis - Ansoìs

  • Apt - Ate

  • Aubignan - Aubinhan

  • Aurel - Aurèu

  • Auribeau - Auribèu

    Auribeau, en occitan Auribèu, dérive du latin Auribellum et déja attesté en 1274, date à laquelle nous trouvons sous la forme Auribello. Ce toponyme semblerait signifier une place au vent fougueux, régulier, puissant...

  • Avignon - Avinhon

  • Beaumes-de-Venise - Baumas de Venisa

    Le nom de la commune de Beaumes-de-Venise provient des grottes que l'on remarque sur les flancs de la montagne, au pied de laquelle il est bâti. Le mot provençal baumo dont il dérive a cette signification.

    Il a été surnommé de Venise, qu'il vaudrait mieux aussi écrire Venice, pour le distinguer de Beaumes-de-Transit, village de la Drôme.

  • Beaumettes - Lei Baumettas

  • Beaumont-de-Pertuis - Bèumont de Pertús

  • Beaumont-du-Ventoux - Bèumont dau Ventor

  • Bédarrides - Bedarrida

  • Bédoin - Bedoin

  • Blauvac - Blauvac

  • Bollène - Bolena

  • Bonnieux - Bonius

  • Brantes - Brantas

  • Buisson - Boisson

  • Buoux - Buòus

  • Cabrières-d'Aigues - Cabrièras d'Egues

  • Cabrières-d'Avignon - Cabrièras d'Avinhon

  • Cadenet - Cadenet

    Cadenet dérive de l'occitan 'Cadenelo - genévrier'. Sans doute le lieu était-il propice à la croissance de ce végétal dont on tire un huile, l'huile de Cade, dont les propriétés sont des plus intéressantes.

  • Caderousse - Cadarossa

  • Cairanne - Cairana

  • Camaret-sur-Aigues - Camaret

  • Caromb - Caromb

  • Carpentras - Carpentràs

  • Caseneuve - Canòva

  • Castellet - Castelet

  • Caumont-sur-Durance - Caumont de Durença

  • Cavaillon - Cavalhon

  • Châteauneuf-de-Gadagne - Castèunòu de Gadanha

  • Châteauneuf-du-Pape - Castèunòu de Papa

  • Cheval-Blanc - Lo Chivan BLanc

  • Courthézon - Corteson

  • Crestet - Lo Crestet

  • Crillon-le-Brave - Crilhon

  • Cucuron - Cucuron

  • Entraigues-sur-la-Sorgue - Entraigas de Sòrga

  • Entrechaux - Entrechaums

  • Faucon - Faucon

  • Flassan - Flaçan

  • Fontaine-de-Vaucluse - La Fònt de Vauclusa

  • Gargas - Gargaç

  • Gignac - Ginhac

  • Gigondas - Gigondèç

  • Gordes - Gòrda

  • Goult - Gòud

  • Grambois - Gramboès

  • Grillon - Grilhon

  • Jonquerettes - Jocairetas

  • Jonquières - Jonquieras

  • Joucas - Jocaç

  • L'Isle-sur-la-Sorgue - L'Illa-de-Sòrgua

  • La Bastide-des-Jourdans - La Batisda dei Jordans

  • La Bastidonne - La Bastidona

    La Bastidonne, en provençal La Bastidouna dérive de l'occitan 'Bastida'- la bastide - et du suffixe diminutif 'ouna'. La Bastidonne serait donc, à l'origine, une bastide caractérisée par une petite taille.

    Longtemps appelée la Bastide de Savaric - avec des variantes autour du mot 'Bastide' - Bastidette, Bastidonne de Savaric - la commune est devenue 'La Bastidonne' le 14 février 1790 lors de la création des communes en France.

  • La Motte-d'Aigues - La Mota d'Egues

  • La Roque-Alric - La Ròca Alric

  • La Roque-sur-Pernes - La Ròca de Pèrnas

  • La Tour-d'Aigues - La Torre d'Eugues

  • Lacoste - La Còsta

  • Lafare - La Fara

  • Lagarde-d'Apt - La Garda d'Ate

  • Lagarde-Paréol - La Gàrda Pariòu

  • Lagnes - Lanhas

  • Lamotte-du-Rhône - La Mota de Ròse

  • LapaLud - La PaLù

  • Lauris - Làurias

  • Le Barroux - Lo Barós

  • Le Beaucet - Lo Baucet

    Le Beaucet, en provençal Lo Baucet dérive de Baus - falaise, lieu escarpé.

    Le village, construit sur les pentes, explique bien de toponyme.

  • Le Pontet - Lo Pontet

  • Le Thor - Lo Tòr

  • Les Taillades - Lei Talhadas

  • Lioux - Lieus

  • Loriol-du-Comtat - L'Auriòu de la Comtat

  • Lourmarin - Lormarin

  • Malaucène - Malaucena

  • Malemort-du-Comtat - Malamòrt de la Comtat

  • Maubec - Maubèc

  • Mazan - Masan

  • Ménerbes - Menèrba

  • Mérindol - Merindòu

  • Méthamis - Metàmias

  • Mirabeau - Mirabèu

    Nous n'avons retrouvé de traces anciennes concernant Mirabeau, Mirabeù en provençal ; néanmoins, malgré l'absence de formes anciennes connues, la signiication de ce toponyme est aisé à comprendre mais demande recherche en occitan médiéval.

    Ce toponyme dérive du verbe mirar - regarder, contempler, avec un sens plus proche de contempler que le simple regarder, et de Bèu - Beau ; donc vous admirez le beau panorama.

  • Modène - Maudena

  • Mondragon - Montdragon

  • Monieux - Monius

  • Monteux - Monteus

  • Morières-lès-Avignon - Morieras d'Avinhon

  • Mormoiron - Mormeiron

  • Mornas - Mornats

  • Murs - Murs

  • Oppède - Aupeda

  • Orange - Aurenja

  • Pernes-les-Fontaines - Pèrnas dei Fònts

  • Pertuis - Pertús

  • Peypin-d'Aigues - Puègpin d'Egues

  • Piolenc - Puegoulen

  • Puget - Puget

  • Puyméras - Puègmeiràs

  • Puyvert - Puègvèrd

  • Rasteau - Lo Rastèu

  • Richerenches - Richarenchas

  • Roaix - Roais

  • Robion - Robion

  • Roussillon - Rossilhon

  • Rustrel - Rustrèu

  • Sablet - Sablet

  • Saignon - Sanhon

  • Saint-Christol - Sant-Cristoù

  • Saint-Didier - Sant Deidier

  • Saint-Hippolyte-le-Graveyron - Sant Ipolite lo Graveiron

  • Saint-Léger-du-Ventoux - Sant Laugier dau Ventor

  • Saint-Marcellin-lès-Vaison - Sant Marcelin de Vaison

  • Saint-Martin-de-Castillon - Sant Martin de Castilhon

  • Saint-Martin-de-la-Brasque - Sant Martin de la Brasca

  • Saint-Pantaléon - Sant Pantali

  • Saint-Pierre-de-Vassols - Sant Pèire de Vassòus

  • Saint-Romain-en-Viennois - Sant Roman de Vienés

  • Saint-Roman-de-Malegarde - Sant Roman de Malagarda

  • Saint-Saturnin-lès-Apt - Sant Savornin d'Ate

  • Saint-Saturnin-lès-Avignon - Sant Savornin d'Avinhon

  • Saint-Trinit - Sant Ternit

  • Sainte-Cécile-les-Vignes - Santa Celha dei Vinhas

  • Sannes - Çana

  • Sarrians - Sarrian

  • Sault - Saut

  • Saumane-de-Vaucluse - Saumana de Vauclusa

  • Savoillan - Savolhan

  • Séguret - Seguret

  • Sérignan-du-Comtat - Serinhan dau Comtat

  • Sivergues - Civèrgas

  • Sorgues - Sòrgas

  • Suzette - Suseta

  • Travaillan - Travaihan

  • Uchaux - Uchau

  • Vacqueyras - Vacairaç

  • Vaison-la-Romaine - Vaison

    Vaison-la-Romaine, simplement Vaison en occitan, est signalée par le géographe romain Pomponius Mela vers 43 après JC qui signale Vasio, capitale des Vocontes, Vasio Vocontiorum, capitale des Vocontes, peuple celte habitant cette région.

    Nous retrouvons régulièrement Vaison sous les formes Ouaison au II° siècle, pago Vasionense en 815.

    La signification de Vasio est inconnue ; sans doute une racine antérieure à l'arrivée des Celtes.

  • Valréas - Vauriàs

  • Vaugines - Vaugina

  • Vedène - Vedena

  • Velleron - Veleron

  • Venasque - Venasca

  • Viens - Viènç

  • Villars - Lo Vilar

  • Villedieu - Viladieu

  • Villelaure - Vilalaura

  • Villes-sur-Auzon - Viela d'Auson

  • Violès - Viaulés

  • Visan - Visan

  • Vitrolles-en-Luberon - Vitròla d'Aigas

⌘ Nos toponymes

Datant souvent des temps les plus anciens, images de l'Histoire, de ses hommes, de leurs langues, nos toponymes sont reflets de l'occupation des territoires par les civilisations qui se succèdent.

L'immense majorité de nos toponymes datent des temps les plus anciens, parfois du néolithique ou de la période préceltique, notamment les oronymes et hydronymes. Ils sont aussi légions à avoir été créés lors des grands défrichements qui ont fait naitre nos paysages, nos hameaux, nos villages et communes actuelles. Images de l'Histoire, de ses hommes et de leurs langues, plusieurs strates linguistiques y sont visibles.

Déplorons les néo-toponymes passe-partout, tristesse effrayante, déprimante et appliqués sans réflexion à des lieux chargés de si belle histoire. Combien de Kerlouano devenus Semaine des quatre jeudis, pour citer une commune bretonne au riche passé ; combien de nouvelles communes aux noms à faire pleurer pierres et monuments ; simple plaidoyer pour nos toponymes, si riches, si beaux, si maltraités par facilité intellectuelle.

Il n'y a pas si longtemps, champs, prés et lieux, si petits soient-ils, avaient un nom: un microtoponyme définissant ce lieu avec précision et fort riche d'information. Ces noms, avec une modernité toponymique, se perdent dans l'oubli. Nous tentons de les inscrire quand découverts et localisés fiablement.