Val-de-Marne

Étymologies et toponymes
a_1
 :
🎲 ⤇ Qui est mort pour nous ?

Sponsor

val-de-marne
<Cliquez l'image>


■ Val-de-Marne: Étymologies et toponymes

L'immense majorité de nos toponymes datent des temps les plus anciens, parfois du néolithique ou de la période préceltique, notamment les oronymes et hydronymes.

Ils sont aussi légions à avoir été créés lors des grands défrichements qui ont fait naître nos paysages, nos hameaux, nos villages et communes actuelles. Images de l'Histoire, de ses hommes et de leurs langues, plusieurs strates linguistiques y sont visibles.

Déplorons ces néo-toponymes passe-partout, tristes, effrayants et déprimants appliqués sans réflexion à des lieux chargés de belle histoire. Combien de Kerlouano devenus Semaine des quatre jeudis, pour citer une commune bretonne au riche passé

Val-de-Marne

Val-de-Marne
  • Département: Val-de-Marne
  • Département: Val-de-Marne
  • Population: 1 315 279 hab.
    Gentilé: Val-de-Marnais
  • Superficie: 245,00 km²
    Densité: 5368.49 hab./km²
  • Latitude: 48°47'13" N
    Longitude: 2°27'45" E
  • Latitude: 48.78707" N
    Longitude: 2.445844

⌘ Val-de-Marne: Étymologies et toponymes

⟾ 

pontoise-1

◎ Toponymes communaux

  • Ablon-sur-Seine - Ablon-sur-Seine

    Ablon est devenu Ablon-sur-Seine pour le différencier de l'autre commune d'Ablon que l'on retrouve dans le Calvados.

    Ce toponyme est certainement d'origine celtique et dérive du mot celtique Abalo signifiant pomme ; ce mot se retrouve toujours dans les langues celtiques comme par exemple en breton où le mot Aval désigne toujours la pomme.

  • Alfortville - Alfortville

  • Arcueil - Arcueil

  • Boissy-Saint-Léger - Boissy-Saint-Léger

  • Bonneuil-sur-Marne - Bonneuil-sur-Marne

  • Bry-sur-Marne - Bry-sur-Marne

  • Cachan - Cachan

    Cachan est attesté au IX° siècle lorqus Hiluin, abbé de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés, affecte les revenus du village de Cachan à l'entretien du vestiaire des moines de l'abbaye. Cachan y apparaît sous sa forme latine Villulam canticatum. En 822, Charles le Chauve confirmera la possession du village de Cachan par un diplôme attestant les droits de l'abbaye sur ce territoire. Villulam canticatum reste de signification hermétique.

  • Champigny-sur-Marne - Champigny-sur-Marne

  • Charenton-le-Pont - Charenton-le-Pont

  • Chennevières-sur-Marne - Chennevières-sur-Marne

  • Chevilly-Larue - Chevilly-Larue

  • Choisy-le-Roi - Choisy-le-Roi

  • Créteil - Créteil

  • Fontenay-sous-Bois - Fontenay-sous-Bois

  • Fresnes (94) -

  • Gentilly - Gentilly

  • Ivry-sur-Seine - Ivry-sur-Seine

  • Joinville-le-Pont - Joinville-le-Pont

  • L'Hay-les-Roses - L'Hay-les-Roses

  • La Queue-en-Brie - La Queue-en-Brie

  • Le Kremlin-Bicêtre - Le Kremlin-Bicêtre

    Le Kremlin-Bicêtre est commune née en 1896. Le Kremlin nous rappelle l'existence en 1813 d'une auberge, très rare habitation de l'endroit à l'époque et dont l'enseigne était Au sergent du Kremlin.

    Bicêtre, en vieux français bissêtre que l'on retrouve utilisé par Molière dans L'étourdi en 1658, signifie triste sort, infortune. Ce toponyme semble dériver d'un ancien manoir, maintenant disparu.

  • Le Perreux-sur-Marne - Le Perreux-sur-Marne

  • Le Plessis-Trévise - Le Plessis-Trévise

  • Limeil-Brévannes - Limeil-Brévannes

  • Maisons-Alfort - Maisons-Alfort

  • Mandrés-les-Roses - Mandres-les-Roses

  • Marolles-en-Brie - Marolles-en-Brie

  • Nogent-sur-Marne - Nogent-sur-Marne

  • Noiseau - Noiseau

  • Orly - Orly

  • Ormesson-sur-Marne - Ormesson-sur-Marne

  • Périgny - Périgny

  • Rungis - Rungis

  • Saint-Mandé - Saint-Mandé

  • Saint-Maur-des-Fossés - Saint-Maur-des-Fossés

  • Saint-Maurice - Saint-Maurice

  • Santeny - Santeny

  • Sucy-en-Brie - Sucy-en-Brie

  • Thiais - Thiais

  • Valenton - Valenton

  • Villecresnes - Villecresnes

  • Villejuif - Villejuif

  • Villeneuve-le-Roi -

  • Villeneuve-Saint-Georges -

  • Villiers-sur-Marne - Villiers-sur-Marne

  • Vincennes - Vincennes

  • Vitry-sur-Seine - Vitry-sur-Seine

⌘ Nos toponymes

Datant souvent des temps les plus anciens, images de l'Histoire, de ses hommes, de leurs langues, nos toponymes sont reflets de l'occupation des territoires par les civilisations qui se succèdent.

L'immense majorité de nos toponymes datent des temps les plus anciens, parfois du néolithique ou de la période préceltique, notamment les oronymes et hydronymes. Ils sont aussi légions à avoir été créés lors des grands défrichements qui ont fait naitre nos paysages, nos hameaux, nos villages et communes actuelles. Images de l'Histoire, de ses hommes et de leurs langues, plusieurs strates linguistiques y sont visibles.

Déplorons les néo-toponymes passe-partout, tristesse effrayante, déprimante et appliqués sans réflexion à des lieux chargés de si belle histoire. Combien de Kerlouano devenus Semaine des quatre jeudis, pour citer une commune bretonne au riche passé ; combien de nouvelles communes aux noms à faire pleurer pierres et monuments ; simple plaidoyer pour nos toponymes, si riches, si beaux, si maltraités par facilité intellectuelle.

Il n'y a pas si longtemps, champs, prés et lieux, si petits soient-ils, avaient un nom: un microtoponyme définissant ce lieu avec précision et fort riche d'information. Ces noms, avec une modernité toponymique, se perdent dans l'oubli. Nous tentons de les inscrire quand découverts et localisés fiablement.