GuidesAccueil

Vic-sur-Aisne

Balades et mémoires

:

Sponsor


<Cliquez l'image>


TVic-sur-Aisne

Vic-sur-Aisne est une commune en département de Aisne qui vous sera d'agréable visite.

Sa population s'élève à 1700 habitants.


Merci à wikipédia et autres d'arrêter de plagier nos textes et travaux

Vic-sur-Aisne

vic-sur-aisne


tFrançais Vic-sur-Aisne
 
tPopulation 1 700
tGentilé
tSuperficie 5,23 km²
tDensité325.05 /km²
 
tLatitude 49°24'0" N
tLongitude 3°7'0" E
tLatitude49.400002
tLongitude3.116670


Rue Bric et Brac

Carte

Découvrez la carte de la commune.

Nous y avons réalisé lien vers l'Institut Géographique National - IGN - dont la qualité des cartes est remarquable.

Vous sélectionnerez l'échelle de la carte en fonction des activités prévues ; plutôt cartes à petite échelle si vous rayonnez large ; plutôt grande échelle si vous recherchez le détail.

Blason

vic-sur-aisne

Vic-sur-Aisne
porte

n'étant pas encore vérifié, nous leur avons donné un blason d'attente de gueules plain

Patrimoine

TPatrimoine de Vic-sur-Aisne

Sauf faits de guerre, catastrophes naturelles ou destructions massives et volontaires, le patrimoine architectural d'une commune est reflet de la richesse de son passé. Ce patrimoine peut aussi être patrimoine naturel ; il est alors don remarquable lié à la nature et ses grandeurs.

Nous vous laissons le découvrir en suivant ce lien sur le patrimoine de Vic-sur-Aisne

Dicton du jour

vic-sur-aisne


TDicton



Janvier le frileux,
Février le grésilleux,
Mars le poudreux,
Font tout l'an plantureux

Saint du jour

vic-sur-aisne


TAymar - Bienheureux - XIII°

En l'année 1242, Aymar, nonce, douze religieux inquisiteurs prêchaient en Occitanie. Prêchant à Avignonet et hébergés par le bailli, ils furent massacrés à coups de haches par les gens d'armes du bailli.

Aymar et Fortanier furent défenestrés. C'était la nuit du 28 au 29 mai 1242 en pleine croisade contre les Cathares.

Blagounette

vic-sur-aisne


TLa poularde - Année 1900

Machin, joyeux bohème réduit à déjeuner d’un hareng saur, se souvient tout à coup du subterfuge de Gorenflot dans la Dame de Monsoreau. Avec un geste de bénédiction, il prononce gravement la formule inverse :
- Je te baptise... Poularde !