GuidesAccueil

Saint-Véran

Étymologies et toponymes
Saint-Véran
Saint-Véran: Le gîte est assuré !

Sponsor

saint-veran
<Cliquez l'image>


TToponymes

L'immense majorité de nos toponymes datent des temps les plus anciens, parfois du néolithique ou de la période préceltique, notamment les oronymes et hydronymes.

Ils sont aussi légions à avoir été créés lors des grands défrichements qui ont fait naître nos paysages, nos hameaux, nos villages et communes actuelles. Images de l'Histoire, de ses hommes et de leurs langues, plusieurs strates linguistiques y sont visibles.

Déplorons ces néo-toponymes passe-partout, tristes, effrayants et déprimants appliqués sans réflexion à des lieux chargés de belle histoire. Combien de Kerlouano devenus Semaine des quatre jeudis, pour citer une commune bretonne au riche passé

Saint-Véran

saint-veran


tFrançais Saint-Véran
 
tPopulation 236
tGentilé Saint-Vérannais
tSuperficie 44,75 km²
tDensité5.27 /km²
 
tLatitude 44°42'2" N
tLongitude 6°52'7" E
tLatitude44.700607
tLongitude6.868531


Rue Bric et Brac

TÉtymologies et toponymes

Saint-Véran, en occitan Sant Veran, doit son nom à Véran, illustrissime évêque de Cavaillon.

Né dans le Gévaudan, Véran est contemporain de Grégoire de Tours. Il meurt à Arles le 11 novembre 590. Parmi ses hautes et glorieuses actions, nous devons vous signaler que c'est lui qui débarrassa La Fontaine-de-Vaucluse d'un terrible dragon qui ravageait les environs. Sachant que les dragons, extraordinaires cracheurs de feu et tout en muscle, n'ont qu'une vascularisation cérébrale limitée, Saint Véran attira ce monstre sur le Mont Lubéron puis lui intima l'ordre de s'éloigner. Après un envol parfait, le monstre s'écrasa sur l'alpage qui maintenant s'appelle Saint-Véran.

Bien sûr, tout comme vous, Noble Lecteur, nous pensons que cette histoire est fausse; les dragons, surtout à cette époque, n'étaient pas des toutous bien dociles. La vérité est ailleurs, Saint Véran attrapa le dragon par la peau du cou, lui décocha quelques bons crochets bien placés, le tint par la queue, puis lui botta les fesses en lui disant d'aller se faire voir ailleurs...

Sans rancune envers Saint Véran qui se débarrassait de ses nuisances en les expédiant chez les voisins, les bergers de ce territoire de Saint-Véran se placèrent, ainsi que leurs troupeaux, sous sa protection car Saint Véran, s'il boxe les dragons avec aisance, est aussi et surtout le protecteur des bergers et de leurs troupeaux.