GuidesAccueil

Île-de-Bréhat

Étymologies et toponymes

:

Sponsor

ile-de-brehat
<Cliquer l'image>


TÎle-de-Bréhat: Étymologies et toponymes

Les toponymes de Île-de-Bréhat remontent aux temps les plus reculés pour la plupart, certains du néolithique. Véritables images de ce territoire et de ses générations, ces toponymes, oronymes, hydronymes et leurs significations vous permettent de cerner l'histoire de la commune.

Il n'y a pas si longtemps, champs, prés et lieux, si petits soient-ils, avaient un nom: microtoponyme définissant ce lieu avec précision et fort riche d'information. Ces noms, avec une modernité toponymique, se perdent dans l'oubli ; nous tentons de les inscrire quand découverts et localisés fiablement.

Île-de-Bréhat

ile-de-brehat


tFrançais Île-de-Bréhat
tPopulation 400 hab
tGentilé bréhatins
tSuperficie 3,09 km²
tDensité129.45 hab/km²
tLatitude 48°51'46" N
tLongitude 1°0'0" E
tLatitude48.846199
tLongitude1.000000


Rue Bric et Brac

Étymologies et toponymes

tÎle-de-Bréhat

L'Île-de-Bréhat, en breton Enez Vriad est attesté dès l'an 1083 avec un Brihiac ; nous le retrouvons dans une charte du prieuré Saint Martin de Lamballe dans ce passage quadam insula quam Brihiacum vocant. les années ultérieures verront, au XIII° siècle, des Brihat, Brihiat avec l'Abbaye de Beauport.
Il semblerait que ce toponyme soit lié à la racine celtique Brigate - hauteur, mot que l'on retrouve en breton contemporain avec le mot Brec'h - colline, hauteur. Cette interprétation étant validée par les reliefs environnants.

L'Île de Bréhat n'est pas constituée que d'une île principale. La carte des Cassini, sans nous donner de microtoponymes, nous fait découvrir que l'île où fut édifiée le phare du Paon s'appelle Île Saint Samson.

tHameaux et quartiers

  • Chenal du Carpon - Kanol ar C'harrpont
    Long: : -3.013208 - Lat: : 48.843130
    Le chenal séparant Enez Benniget - l'Île Béniguet de Bréhat, s'appelle Kanol ar Charrpont - le chenal du Carpont. Ce toponyme rappellerait l'existence d'un passage permettant aux charrettes de passer d'une île à l'autre. Dérivant de Karr, ar C'harr - la voiture, charette et Pont, ar pont - le pont.
  • Île de Béniguet - Benniget
    Long: : -3.017423 - Lat: : 48.841610
    Cette île est privée.
    D'une surface approximative de 20 hectares approximativement, l'île est mentionnée en 1198 dans une énumération des biens de l'abbaye de l'Île de Saint Riom, en l'actuelle commune de Ploubazlanec. Cette île vit une population stable d'approximativement 50 personnes et une chapelle dédiée à Saint Gwenolé attestée en cette année 1198 par une bulle papale d'Innocent II°
    Ce toponyme Enez Benniget signifie Île bénie.
  • Ker Guéréva - Kergereva
    Long: : -3.002939 - Lat: : 48.843142
    Présent sur les cartes d'État-Major, ce toponyme serait à rapprocher de Ker - Maison et, sous réserve, de l'anthroponyme du premier propriétaire.
  • Kerc'h Simon - Kerc'h Simon
    Long: : -3.005162 - Lat: : 48.842813
    Une étude plus approfondie de ce toponyme - Krec'h signifiant Colline serait des plus intéressante par ce Simon qui la caractérise. Ce toponyme n'apparait ni sur les cartes des Cassini, ni sur les cartes d'État-Major du XIX° siècle mais cela ne signifie pas inexistence.
    Il éxistait une très ancien population juive, depuis intégrée mais ayant laissé traces toponymiques ou anthroponymiques.
  • Pointe du Paon - Beg ar Paun
    Long: : -2.986139 - Lat: : 48.865094
    La zone est nommée Aod ar Paun. La forme française est la traduction littérale du mot breton Paun. Les paons furent présents dès l'antiquité en Europe et ce toponyme pourrait s'expliquer par cette remarque. En ce lieu, un site archéologique fut découvert et étudié.

PNos toponymes

Datant souvent des temps les plus anciens, images de l'Histoire, de ses hommes, de leurs langues, nos toponymes sont reflets de l'occupation des territoires par les civilisations qui se succèdent.

L'immense majorité de nos toponymes datent des temps les plus anciens, parfois du néolithique ou de la période préceltique, notamment les oronymes et hydronymes. Ils sont aussi légions à avoir été créés lors des grands défrichements qui ont fait naitre nos paysages, nos hameaux, nos villages et communes actuelles. Images de l'Histoire, de ses hommes et de leurs langues, plusieurs strates linguistiques y sont visibles.

Déplorons les néo-toponymes passe-partout, tristesse effrayante, déprimante et appliqués sans réflexion à des lieux chargés de si belle histoire. Combien de Kerlouano devenus Semaine des quatre jeudis, pour citer une commune bretonne au riche passé ; combien de nouvelles communes aux noms à faire pleurer pierres et monuments ; simple plaidoyer pour nos toponymes, si riches, si beaux, si maltraités par facilité intellectuelle.

Il n'y a pas si longtemps, champs, prés et lieux, si petits soient-ils, avaient un nom: un microtoponyme définissant ce lieu avec précision et fort riche d'information. Ces noms, avec une modernité toponymique, se perdent dans l'oubli. Nous tentons de les inscrire quand découverts et localisés fiablement.