GuidesAccueil

Sérignan-du-comtat

Guides excursionnistes et balades

:

Sérignan-du-comtat

En page Mairie

  • Le mot du maire
  • Infos communales
  • Le conseil municipal
  • Les associations


Merci à wikipédia et autres d'arrêter de plagier nos textes et travail

Sérignan-du-comtat

serignan-du-comtat
tFrançais Sérignan-du-comtat
tPopulation 2 400 hab
tGentilé
tSuperficie 19,82 km²
tDensité121.09 hab/km²
tLatitude 44°11'60" N
tLongitude 4°51'60" E
tLatitude44.183300
tLongitude4.850000


Rue Bric et Brac

Sponsor

Vous pouvez soutenir notre projet en sponsorisant les pages de cette commune pour un budget modique et intéressant.

N'hésitez pas à cliquer le logo et y découvrir notre proposition de partenariat.

Carte

Découvrez la carte de la commune.

Nous y avons réalisé lien vers l'Institut Géographique National - IGN - dont la qualité des cartes est remarquable.

Vous sélectionnerez l'échelle de la carte en fonction des activités prévues ; plutôt cartes à petite échelle si vous rayonnez large ; plutôt grande échelle si vous recherchez le détail.

Héraldique

serignan-du-comtat

Sérignan-du-comtat
porte

de gueules à la grande lettre S d'argent, accompagnée de six besants du même ordonnés en orle ; au chef échiqueté de gueules et d'argent de trois tires

Blagounette

serignan-du-comtat

serignan-du-comtatLes punaises - Année 1930

Un jeune enfant va chez le droguiste pour lui demander de la poudre pour tuer les punaises qui parasitent la maison.
- Bonjour Monsieur, je voudrais de la poudre à tuer les punaises.
- Pour combien ?
- Je ne sais pas ; nous ne les avons pas comptées !

Dicton du jour

serignan-du-comtat



Quand trono au mes de febrié,
Fai de la tino un ajouquié

Quand il tonne en février
Fais de la tonne un juchoir

Saint du jour

serignan-du-comtat

tFlora et Marie de Cordoue - Martyres - IX° siècle

Morte en 854, Flora, native de Cordoue, est née de père musulman et mère chrétienne. Faisant choix de chrétienté, elle refusa de se convertir à l'Islam. Torturée par son frère, musulman, battue, la peau du crâne arrachée sous le fouet, elle réussit à s'enfuir et se réfugia chez une sœur, Marie. Après avoir prié, elles se présentèrent chez le juge, furent condamées à être décapitées puis leurs corps jetés aux chiens avant d'être jetées au fleuve. Nous étions le 24 novembre 851.