GuidesAccueil

La Roque-sur-Pernes

Guides excursionnistes et balades

:

La Roque-sur-Pernes

En page Mairie

  • Le mot du maire
  • Infos communales
  • Le conseil municipal
  • Les associations


Merci à wikipédia et autres d'arrêter de plagier nos textes et travail

La Roque-sur-Pernes

roque-sur-pernes
tFrançais La Roque-sur-Pernes
tProvençauLa Ròca de Pèrnas
tPopulation 400 hab
tGentilé
tSuperficie 11,03 km²
tDensité36.26 hab/km²
tLatitude 43°59'60" N
tLongitude 5°6'60" E
tLatitude43.983299
tLongitude5.100000


Rue Bric et Brac

Sponsor

Vous pouvez soutenir notre projet en sponsorisant les pages de cette commune pour un budget modique et intéressant.

N'hésitez pas à cliquer le logo et y découvrir notre proposition de partenariat.

Carte

Découvrez la carte de la commune.

Nous y avons réalisé lien vers l'Institut Géographique National - IGN - dont la qualité des cartes est remarquable.

Vous sélectionnerez l'échelle de la carte en fonction des activités prévues ; plutôt cartes à petite échelle si vous rayonnez large ; plutôt grande échelle si vous recherchez le détail.

Héraldique

roque-sur-pernes

La Roque-sur-Pernes
porte

n'étant pas encore vérifié, nous leur avons donné un blason d'attente de gueules plain

Blagounette

roque-sur-pernes

roque-sur-pernesAu tribunal - Année 1896

En cour d’assises, l'avocat général se lance dans son réquisitoire :
- Et cet homme, Messieurs les jurés, ce lâche assassin, coupable d’un si odieux forfait, ce vil malfaiteur.
L’accusé dignement:
- Assez, Monsieur , assez ! Je ne saurais en supporter davantage, j’aime mieux m’en aller.

Dicton du jour

roque-sur-pernes



Quand trono au mes de febrié,
Fai de la tino un ajouquié

Quand il tonne en février
Fais de la tonne un juchoir

Saint du jour

roque-sur-pernes

tFlora et Marie de Cordoue - Martyres - IX° siècle

Morte en 854, Flora, native de Cordoue, est née de père musulman et mère chrétienne. Faisant choix de chrétienté, elle refusa de se convertir à l'Islam. Torturée par son frère, musulman, battue, la peau du crâne arrachée sous le fouet, elle réussit à s'enfuir et se réfugia chez une sœur, Marie. Après avoir prié, elles se présentèrent chez le juge, furent condamées à être décapitées puis leurs corps jetés aux chiens avant d'être jetées au fleuve. Nous étions le 24 novembre 851.