GuidesAccueil

Les attaques

Les attaques - Presse passée

:

Sponsor

les-attaques
<Cliquez l'image>




TLes attaques: Presse passée

La presse du passé de la commune de Les attaques est bonne source pour connaître Les attaques.

Ces coupures de presse voient faits-divers, larçins, crimes et violences ou simples cuites verbalisées d'une bonne nuit au violon avec nom, prénom et adresse en clair dans la presse.

À l'époque, les menus larçins pour notre époque voient enquête, et il nous est arrivé de découvrir que le commissaire fait une enquête pour un simple morceau de lard !

Crimes odieux et violences sont aussi légions. La violence était déja forte en ces temps reculés.

Les attaques

les-attaques


tFrançais Les attaques
 
tPopulation 2 000
tGentilé
tSuperficie 20,81 km²
tDensité96.11 /km²
 
tLatitude 50°54'0" N
tLongitude 1°56'60" E
tLatitude50.900002
tLongitude1.933330


Rue Bric et Brac

Presse passée

TVol de titres au Chemins de Fer du Nord

Les Attaques, 13 juin - Voici où en est cette affaire aujourd'hui, d'après les journaux du Nord :
Grâce aux indices qu'a déjà pu réunir la police de sûreté, on espère que la justice ne tardera pas à connaître les auteurs au vol du chemin de fer du Nord. Ce sera fort heureux, car des bruits malveillants commençaient à circuler sur le chef du train où le vol a été commis. Un journal s'est fait déjà l'écho de ces bruits, en prétendant que cet employé pourrait être taxé de négligence, pour n'avoir pas vérifié, — d'après le règlement, le plombage des wagons à chaque arrêt du train.
Cette accusation tombe d'elle-même, car le train partant de Calais à 1 heure 20 minutes du matin, ne s'arrête qu'à Boulogne où tout fut trouvé en bon état, — puis ensuite à Abbeville, où le vol a été découvert.
Malgré la découverte d'un outil à la station de Caffiers, entre Calais et Boulogne, on persiste à croire que le vol n'a été commis que près de Verton. Pour en finir avec les bruits offensants pour le chef de train, disons que cet employé est reconnu d'une honorabilité parfaite, qu’il est au service de la Compagnie depuis de longues années, et que ses supérieurs ne font de lui que des éloges mérités. D'ailleurs, si un employé de l'administration eût voulu commettre un détournement, il se fût emparé de valeurs en numéraire, au lieu de prendre des paquets de titres, dont il est toujours embarrassant de se défaire.
Une autre hypothèse a été mise en avant : on dit que ce vol n’a pu être commis pendant le transbordement des valeurs du paquebot dans le train.
Cela est tout simplement inadmissible ; le seul fait du plombage du wagon avant son départ de Calais implique la vérification do son contenu par les employés de la douane française. Puis si les valeurs n'avaient point été renfermées dans le wagon, pourquoi dans le trajet, les plombs en avaient-ils été brisés !
Suivant les derniers renseignements, M. Jacob, chef de la sûreté, est revenu de Calais où il était allé faire l'enquête sur le vol des valeurs. Son retour coïncide avec l'arrestation définitive d'un graisseur de la compagnie du Nord qui était de service au train chargé du transport des titres. Cet individu qui avait nié d'abord toute participation au crime, s'est troublé devant le juge d'instruction, et ses déclarations permettent de suivre désormais une piste certaine. On comprend que nous ne puissions, quant à présent, en dire davantage.

La Lanterne - 12 juin 1877

TPresse passée

La presse du passé est passionnante !

Regorgeant d'anecdotes ou de faits-divers, parfois croustillante, souvent sordide, parfois amusante, elle nous permet de ressentir la manière de pensée de nos aïeux, de ceux qui ont vécu en cette commune, en ce territoire, de ceux qui l'ont fait vivre et que nous visitons.

La presse passée redonne vie aux simples citoyens, à ces gens qui n'auront jamais nom en livres d'histoire.

Il est plaisant d'y voir l'évolution des importances: en 1900, le commissaire fait une enquête pour un vol de jambon.

La violence est importante: violences ménagères ou non sont courantes, violences villageoises, banditisme ou non aussi ; les comptes se règlent à coups de poings, de bâtons ou autres armes.

Les cuites sont monnaie courante et pas exclusives de certaines régions: nombre de nos aïeux - ayant sans doute très soif, picolent sec !

Un prix spécial devrait être décerné à certains journalistes de cette presse ancienne: les coupures concernant les cuites et amendes en découlant sont parfois d'un humour extraordinaire.

Nous ne pouvons que vous conseiller de lire et acheter la Presse: vous la ferez vivre et imprimerez l'Histoire !