GuidesAccueil

Montendry

Guides excursionnistes et balades

:

Montendry

En page Mairie

  • Le mot du maire
  • Infos communales
  • Le conseil municipal
  • Les associations


Merci à wikipédia et autres d'arrêter de plagier nos textes et travail

Montendry

montendry
tFrançais Montendry
tArpitan
tPopulation 100 hab
tGentilé
tSuperficie 8,28 km²
tDensité12.08 hab/km²
tLatitude 45°32'60" N
tLongitude 6°14'60" E
tLatitude45.533298
tLongitude6.233330

Rue Bric et Brac

1

Sponsor

Vous pouvez soutenir notre projet en sponsorisant les pages de cette commune pour un budget modique et intéressant.

N'hésitez pas à cliquer le logo et y découvrir notre proposition de partenariat.

Carte

Découvrez la carte de la commune.

Nous y avons réalisé lien vers l'Institut Géographique National - IGN - dont la qualité des cartes est remarquable.

Vous sélectionnerez l'échelle de la carte en fonction des activités prévues ; plutôt cartes à petite échelle si vous rayonnez large ; plutôt grande échelle si vous recherchez le détail.

Héraldique

montendry

Montendry
porte

n'étant pas encore vérifié, nous leur avons donné un blason d'attente de gueules plain

Blagounette

montendry

montendry  L'élève érudit - Année 1895

Un instituteur interroge ses élèves.
- Elève Moulachou, pourriez-vous me dire quel animal qui a le plus d’attachement pour l’homme ?
L’enfant, après un moment de réflexion :
- C’est la sangsue, Monsieur...

Dicton du jour

montendry



En jun, vent dòu sera
de gran, n'espéra

En juin, vent du soir
Pour le grain, bon espoir.

Saint du jour

montendry

K  Jean Baptiste de La Salle - Saint de l'Église Romaine

Originaire d'un milieu bourgeois de Reims, Jean Baptiste de La Salle est nommé chanoine à 16 ans. Jeune séminariste, ses parents décédés, il se retrouve chargé de famille et doit penser à ses six frères et sœurs puinés. Il devient prêtre à 27 ans, sans avoir failli à ses devoirs familiaux. Faisant choix de pauvreté, il se consacre à l'éducation des jeunes et renonce à son poste de chanoine. Attaqué en justice pour concurrence déloyale par les maitres d'école indépendants. Moderniste, il enseigne la lecture en langue locale, ici le français, et ne passe plus par le latin. Fondateur de l'Ordre des Frères des Ecoles Chrétiennes, dont l'œuvre perdure encore, il meurt un Vendredi Saint, le 7 avril 1719.