:
t
Textes et photographies protégés
( sauf domaine publique )
Textes et images déposés
Cette page vous est offerte par

< Votre Nom >

BESANCON

tFrançaisBESANCON
t
tPopulation 117600
tGentilé
tSuperficie 65.05 km²
tDensité1807.84 hab/km²
tLatitude 47°15'0" N
tLongitude 6°2'60" E
tLatitude 47.250000
tLongitude 6.033330
t

Mobile


En visite ou en balade, vous pouvez utilisez le guide sur votre téléphone mobile...


Partenaires

Ils font vivre votre guide.
Lors de vos séjours, sélectionnez-les !



< Liste des communes >

La Commune...

SON BLASON


( Survoler )
t

HISTOIRE

L'Histoire des Hommes et de leurs terroirs fait ce que nous sommes aujourd'hui !

( Cliquer )

t

HÉRALDIQUE

Quelques blasons des anciens habitants que vous pourriez voir en visitant cette commune...

( Cliquer )

Que faire...

Y séjourner...

Les Services...

besancon
BESANCON:

BESANCON: Un peu d'histoire

Besançon   Le prêtre se croyait envouté

En 1660, un prêtre des environs de Besançon, âgé de soixante-douze ans, se croyant en commerce avec le diable et poussé par le remords, alla se dénoncer lui-même à l'inquisiteur. Voici la curieuse déclaration de ce prêtre telle qu'elle est consignée dans le procès-verbal de l'inquisiteur Symard à la date du 1er août 1660:
- Qu'il y a des sorciers et des sorcières, mais beaucoup, en ce pays de Bourgogne et principalement dans sa paroisse;
- Que dans sa dite paroisse, il y a bien vingt enfants possédés de démons, auxquels enfants il n'a pas conféré le baptême pour avoir manqué d'intention, et croit que faute de baptême ils sont possédés de la sorte;
- Qu'il a assisté dans les sabbats tenus et assemblées dans un verger appartenant à M.. qui est derrière sa maison, dans un lieu dit la Bâtie et dans un autre, dit la Vaux, où il était porté autant de fois par un démon, environ les onze heures du soir, d'où il le rapportait autant de fois devers le coq chantant, et y a assisté tant de fois qu'il ne s'en souvient pas;
- Qu'il dansait à ces sabbats avec les autres assistants, au son d'un violon et d'un hautbois joués par des démons, buvait, mangeait, étant assis à table, du vin, du pain et de la viande qui sentaient mal, puis on dansait pour une seconde fois, et après on allait adorer le démon, sous la figure d'un bouc, auquel on faisait offrande d'une chandelle verte et noire, qui jetait une lumière noirâtre;
- On lui baisait au derrière en même temps, et on allait dans les sabbats les mercredi, jeudi et samedi au soir;
- Qu'il est peut-être cause de la perte de plusieurs personnes, mais qu'il tâchera de les convertir s'il peut leur parler.

< Cliquer pour fermer la fenêtre >

BESANCON: Un peu d'héraldique

besancon
BESANCON:

En 1696, les caisses du Royaume étant vides, le gouvernement royal décide de réaliser un Armorial Général du Royaume et, pour ce faire, d'enregistrer tous les blasons du Royaume moyennant par leur possesseur le paiement d'une taxe et de frais d'enregistrements.

Pour ce faire, une charge est crée et confiée à des financiers. Ils s'engageaient à faire gagner plus de 5 millions de livres au Trésor et, se chargeant de ce recensement, faire une chasse impitoyable à tous les sujets dotés de quelques revenus. La tenue de cet armorial est confiée à l'intègre Charles d'Hozier dont l'armorial porte maintenant le nom.

Le blason n'a jamais été signe de noblesse et fut utilisé, tout comme les sceaux, par toutes les strates de la population européenne.

Ses notables

Les membres du Tiers-État ayant suffisamment de revenus - ou non pour certains, furent assujettis à la taxe sur les blasons décrétée en 1696; les caisses de l'État étaient déjà vides !

Les blasonnés du Tiers-État enregistrés pour la ville de BESANCON durent payer 20 livres + 3 livres et 20 sols de frais d'enregistrement. Parmi ces gens, nous trouvons des marchands, des artisans, médecins, avocats, parfois des paysans, bergers ou artisans...


BESANCON: Ses notables

communautés, corporations

Chaque communauté d'habitants, de professionnels ou de religieux de ayant des revenus suffisants fut obligée de faire enregistrer un blason moyennant le paiement d'une taxe royale de 50 livres et des droits d'enregistrement s'élevant à 3 livres et 10 sols. Ce blason deviendra alors blason officiel de la communauté concernée jusqu'à la Révolution de 1789. Les villes ou siégeait un évêché ou une cour supérieure de justice durent payer 100 livres de taxe.


BESANCON: communautés, corporations
< Cliquer pour fermer la fenêtre >
< Liste des communes >

BESANCON


BESANCON

n'étant pas encore vérifié, nous leur avons donné un blason d'attente de gueules plain