Glénac

Anecdote locale
a_1
 :
🎲 ⤇ Saransk en 1941

Sponsor

glenac
<Cliquez l'image>

■ Louis XVII° à Glénac

Après la Grande Révolution - An Dispac'h Meur - dont les atrocités firent passer les dragonnades de Louis XIV° pour de douces réjouissances, la famille royale fut enfermée au Temple. Louis-Charles Capet, fils de Louix XVI° et Marie-Antoinette, meurt en prison à l'âge de 10 ans.

Bien vite, il est affirmé que Louix XVII°, le Dauphin, n'est pas mort...



Glénac

glenac


  • FrançaisGlénac
  • BrezhonegGlenneg
    ( Breton )
  • Population800 hab.
    Gentiléglénacois
  • Superficie13,70 km²
  • Densité58.39 hab./km²
  • Latitude47° 44 '60" N°
    Longitude2° 8 '60" W°
  • Latitude47.733299°
    Longitude-2.133330°


⌘ Louis XVII°

Après la Grande Révolution - An Dispac'h Meur en breton - dont les atrocités firent passer les dragonnades de Louis XIV° pour de douces réjouissances, la famille royale fut enfermée au Temple.
Louis-Charles Capet, fils de Louis XVI° et Marie-Antoinette, connu sous le nom de Louis XVII°, meurt en prison à l'âge de 10 ans. Bien vite, tout comme il est affirmé que Louix XVI° n'a pas été guillotiné, le bruit court que le Dauphin n'est pas mort...

Les faux-Louis XVII° se multiplient alors; parmi eux, le père FULGENCE, Alexandre GUILLAUME de son vrai nom, un trappiste né à Glénac.

glénac
Glénac: Louis XVII

t En mars 1869, les journaux reproduisirent à l'envie la nouvelle suivante:

- Il y a bien des années, un homme arriva, par une nuit sombre, à Bellefontaine, couvent des Frères Trappistes situé à deux lieues de Cholet. Il était accompagné d'une personne qui remit au supérieur une cassette, avec la recommandation expresse de ne l'ouvrir qu'à la mort de son compagnon, qui désirait terminer ses jours dans cet asile de paix. A cette époque seulement, on devait connaître son nom et les détails do son existence. Or, ce religieux, dont la physionomie offrait les traits frappants de la physionomie.des Bourbons, vient de mourir il y a deux jours, et il se trouve ici bon nombre de gens qui affirment que les papiers trouvés dans la cassette ont établi d'une façon authentique que le religieux qui vient de succomber est bien Louis XVII.

- « Ce que je puis vous affirmer, c'est que le corps a été embaumé, que les obsèques n'auront lieu qu'à la fin de la semaine, et que plusieurs évêques et une foule de personnes se sont déjà rendus à Belle-Fontaine pour voir le corps de ce Trappiste, qui est exposé à tous les yeux, et auquel on attribue une si illustre origine.

En vain, l'acte de décès du P. Fulgence' 1 protestait-il contre cette prétendue origine en vain, le nouvel Abbé crut-il devoir désavouer, dans une lettre publiée dans le 'Journal de Cholet', les circonstances romanesques dont on avait embelli la vie et la mort de son prédécesseur; le pli était pris, et nombre de personnes dans le pays et au loin s'entêtèrent à considérer le P. Fulgence comme le fils de Louis XVI, encore que sa mort fût un démenti positif aux prophéties qui annonçaient son triomphe défnitif, et qui avaient, il faut. bien le dire, contribué à alimenter la crédulité populaire autant et plus peut être que la physionomie Bourbonnienne ou les autres particularités matérielles invoquées par les divers Prétendants.

En réalité, le P. Fulgence s'appelait tout simplement Guillaume de son nom de famille. Il était prêtre. Il avait professé la philosophie avec distinction. Entré à la Trappe, sa piété et son mérite l'avaient porté à la dignité d'Abbé. Des hommes considérables du parti légitimiste, qui l'avaient connu dans le monde, avaient gardé avec lui d'étroites relations, et lui faisaient de fréquentes visites qui ne contribuèrent pas peu à appeler l'attention sur sa personne. Il faut l'avouer d'ailleurs le Père Fulgence croyait fermement à l'existence de Louis XVII, et, parmi les prétendants à ce titre, il penchait hélas pour Richemont. De là, dans son langage, des réticences et des précautions mystérieuses qui excitaient la curiosité de ses interlocuteurs. La mort de Richement et de ses compétiteurs, en donnant un démenti aux prophéties dont se nourrissait la confiance du P. Fulgence, l'attrista profondément.

Il garda sa foi dans l'existence de Louis XVII, mais sans oser la propager, également embarrassé pour accueillir ou pour repousser les confidences des fidèles, répondant par un sourire triste et muet à leurs questions, même à celles qui le concernaient personnellement, et ajoutant ainsi, sans le vouloir, à l'intérêt mystérieux dont il était l'objet et qui se manifesta surtout après sa mort. Tels sont les renseignements que nous avons puisés dans le pays même, aux sources les plus respectables, et dont nous pouvons affirmer l'authenticité.

Source: "LES FAUX LOUIS XVII°" - par Louis de La SICOTIÈRE - Paris - 1882

tActe de décès d'Alexandre GUILLAUME

28 février 1869,
L'an mil huit cent soixante-neuf, le premier mars, a été dressé l'acte de décès du nommé Guillaume Alexandre Joseph, prêtre, domicilié à l'abbaye de Bellefontaine, commune de Bégrolles, canton de Beaupréau, arrondissement de Cholet (Maine-et-Loire), décédé au dit Bellefontaine le vingt-huit février mil huit cent soixante neuf, à dix heures du soir, âgé de quatre-vingt-trois ans, né le 9 novembre mil sept cent quatre-vingt cinq à Glénac (Morbihan), fils des défunts Joseph Guillaume et Julienne Morin.»