GuidesAccueil

Île-de-Sein

Étymologies et toponymes
Île-de-Sein
Île-de-Sein: Navigant vers le Ponant...

Sponsor

sein
<Cliquer l'image>


TÎle-de-Sein: Étymologies et toponymes

Les toponymes de Île-de-Sein remontent aux temps les plus reculés pour la plupart, certains du néolithique. Véritables images de ce territoire et de ses générations, ces toponymes, oronymes, hydronymes et leurs significations vous permettent de cerner l'histoire de la commune.

Il n'y a pas si longtemps, champs, prés et lieux, si petits soient-ils, avaient un nom: microtoponyme définissant ce lieu avec précision et fort riche d'information. Ces noms, avec une modernité toponymique, se perdent dans l'oubli ; nous tentons de les inscrire quand découverts et localisés fiablement.

Île-de-Sein

sein


tFrançais Île-de-Sein
tPopulation 242 hab
tGentilé Sénans
tSuperficie 0,52 km²
tDensité465.38 hab/km²
tLatitude 48°2'9" N
tLongitude 4°51'3" W
tLatitude48.035777
tLongitude-4.850829


Rue Bric et Brac

Étymologies et toponymes

tÎle-de-Sein

Le toponyme de l'Île de Sein ne dérive pas de la forme bretonne Enez Sun. La forme française semble provenir du celtique continental - dit gaulois - et dérive de Sen - vieux, ancien que l'on retrouvera en breton contemporain sous la forme Hen - ancien, vieux. Le toponyme breton Sun - Enez Sun, Île de Sein - est la forme contractée de Sizun dont l'étymologie est incertaine. Il est proposé le sens de crête, espace rocheux découpé...; ce qui semblerait être confirmé par la rudesse du paysage de l'île de Sein et, avec un toponyme proche, celui de Sizun en Monts d'Arrée.

sein-8

tHameaux et quartiers

  • Aber bras - Aber bras
    Long: : -4.863554 - Lat: : 48.039706
    L'anse est appelée Aber, mot breton pour le terme géomorphologique ria. Un Aber, ria - correspond à la partie terminale d'un fleuve côtier envahit par la mer, comme l'Aber vrac'h entre autre ou l'Aber d'Étel. Ce toponyme signifierait la grande anse.
  • An Nifran - An Ifran
    Long: : -4.851134 - Lat: : 48.039090
    En français Nifran. Ce lieu voyait un tumulus remarquable qui fut détruit par les uns et les autres ; par des chercheurs de trésors disent les uns mais probablement pour expurger toutes traces d'un passé pré-chrétien hautement spirituel.
  • Ar Gui Vihan - Beg ar C'hale
    Long: : -4.852148 - Lat: : 48.030948
    Si le Bihan muté en Vihan suite au substantif féminin ne soulève pas de question, il n'est pas de même pour ce Gui qui ne se dévoile pas.
  • Ar Kestell - Ar C'hastell
    Long: : -4.852262 - Lat: : 48.039178
    En français Ar Kestell. Une grosse demeure dénommée Le château, du breton Kastell - château ; Kestell étant une prononciation locale influée du Breton Léonard.
    Ce toponyme laisse interrogateur et semble de création assez récente.
  • Ar Vilin - Ar vilin
    Long: : -4.851134 - Lat: : 48.039487
    C'est le moulin de l'île, actuellement en ruine. Vous pourrez noter qu'en breton, un moulin est du genre féminin, Milin => ur Vilin - moulin, une moulin. Du moulin de l'ïle de Sein, il ne reste plus que le bâti pierreux.
  • Beg al Lann - Beg al Lann
    Long: : -4.866466 - Lat: : 48.037445
    Du breton Beg - éperon, pointe, et Lann, la lande. Traduisible par Pointe de la lande, bien que cette partie de l'île ait été couverte de champs cultivés.
  • Beg ar Groa - Beg ar Groa
    Long: : -4.844230 - Lat: : 48.032484
    Ce lieu marque la pointe du tombolo. Il dérive du breton Beg, ar Beg, la pointe - et Groa, ar Groa, le tombolo.
  • Beg ar Gwin - Beg ar Gouin
    Long: : 48.030421 - Lat: : 48.030421
    En français, noté Beg-ar-Gwin. Les francisants ont transformé le Beg ar Gouin, pointe où existe un lieu d'accès à la mer situé entre les rochers ressemblant à un fourreau - Gouin, ar Gouin et pouvant servir de zone de chargement ou déchargement, en Ber-ar-Gwin - pointe du vin qui n'a donc aucun rapport avec le sens réel du toponyme.
  • Beg argoll - Beg Argoll
    Long: : -4.850213 - Lat: : 48.033219
    Devenu Beg ar C'hale sur la carte IGN. Ce toponyme se traduirait par Pointe de la Détresse ; du mot breton an Argoll, la perdition, la détresse.
  • Beg Kae berrañ - Beg Kae berrañ
    Long: : -4.856151 - Lat: : 48.039767
    Nous pourrions traduire ce toponmye par pointe du Quai le plus court. Les Cartes des Cassini citent un Portus Heber en ce qui semble être Porzh Kae Berrañ ; peut-être un lieu d'embarquement dont le quai naturel était très court.
  • Biladog - Ar Biladog
    Long: : -4.859330 - Lat: : 48.039812
    Ici aussi, nous avons rapproché ce toponyme de l'ancien breton Bil signifiant hauteur ; sous toutes réserves Petite hauteur. La fin du toponyme reste caché dans les brumes de l'histoire sénane. Construites à l'altitude extraordinaire de 8 mètres, les deux maisons de Biladog dominent les paysages et expliquent cette racine Bil-.
  • Biliog Vras - Bilog Vras
    Long: : -4.866993 - Lat: : 48.040370
    Est un toponyme signalant que ce lieu est plein de galets, et de grande taille par rapport à un Biliog vihan, un petit lieu plein de galets. En français, il est orthographié Bilog Vraz.
  • Breaorog - Bre a-raok
    Long: : -4.864775 - Lat: : 48.045371
    Orthographié Breaorog par les cartographes français. Signifie Montagne devant, sous entendu de la pointe. Du breton Bre, prononcé Bré - colline ; et A-raok, prononcé avec un O long > devant.
  • Chapelle St Corentin - Chapel Sant Kaourintin
    Long: : -4.867489 - Lat: : 48.041948
    Cette chapelle dédiée à Saint Corentin tombait en ruines puis fut reconstruite en 1972. Les marins tournaient la crosse de la statue du saint dans le sens du vent qu'ils espéraient et si Saint Corentin ne faisait pas son travail, il était puni !
    Il s'agit d'une christianisation d'un lieu de culte préchrétien, les alignements en étant preuve.
  • Erv Vili - An Erv Vili
    Long: : -4.836295 - Lat: : 48.031430
    Sur la carte IGN: Erv Vili. En breton an Erv est un sillon. Il peut être agricole, le sillon du labour ou, comme dans ce cas, un amas de galets et de sable créant un cordon reliant deux îles ou îlots. Ce sillon présente des ruptures laissant la mer le traverser et il peut être recouvert à marée haute ; cela le différentie du tombolo qui reste toujours émergé comme à Plouharnel. Ce toponyme signifierait le cordon de galets ; Bili - galets, mot dont l'initiale mute en V comme il est d'usage en breton pour un génitif lié à un mot féminin - Erv est un mot féminin.
  • Gosteur - Goster
    Long: : -4.864057 - Lat: : 48.041831
    Le nom de cette plage nous est microtoponyme totalement abscons. Peut-être de Kozh - vieux, et Ster - rivière, mais une rivière à l'Île de Sein...
  • Gribinog - Ar Gribinog
    Long: : -4.854533 - Lat: : 48.034690
    Pourrait peut-être être associé au mot breton Kribin - récif, arête rocheuse, longue, peu élevée et découpée ;-og étant la variante léonarde du suffixe -eg - lieu où il y a beaucoup de.
    Nous retrouvons Kribinun terme proche en cornique et gaélique de sens très proche et utilisés en toponymie maritime. Ce mot peut aussi désigner, parfois, la crête des vagues alors Kribin: lieu où il y a beaucoup de déferlantes ?
    Probablement.
  • Guéveur - Ar Gever
    Long: : -4.856082 - Lat: : 48.032181
    En français Guéveur que nous avons rapproché du mot breton Gavr, Gevr régulièrement utilisé en toponymie maritime et signifiant la chèvre. -veur étant l'adjectif Meur que vous retrouvez utilisé dans moult toponymes avec le sens de Grand. Une digue lie Gever à l'île et un sémaphore est installé sur le roc.
  • Gwalenn-Zabl - Gwalenn Sabl
    Long: : -4.864795 - Lat: : 48.043795
    Orthographié Gwalenn-Zabl en français. Signifie L'anneau de sable. Du breton Gwalenn - anneau, et Sabl, sable. Plage se disant Traezhenn.
  • Kador - Ar Gador
    Long: : -4.851785 - Lat: : 48.040450
    En français Kador. Ce mot breton Kador, ar Gador - chaise, est un mot féminin et voit la mutation du K en G pour marquer le genre. Peut-être certains rochers plutôt plats ou rappelant une chaise.
  • Karrvedog - Karrvedog
    Long: : -4.868476 - Lat: : 48.042529
    L'anse est sablonneuse mais Karreg en breton signifiant Récif, nous ne voyons pas le sens global de ce toponyme.
  • Kélaourou - Kelaourou
    Long: : -4.839123 - Lat: : 48.031060
    Cet îlot est accessible à marée basse. Si vous y allez, faites attention aux horaires de marées. Kelaourou, s'il est toponyme d'îlot, n'est pas toponyme unique. En 1693, les cartes de l'époque le signalaient île de Calabre alors qu'une carte de 1815 note Kerklabrou.
  • Ker ar Droaé - Ker ar Droae
    Long: : -4.865562 - Lat: : 48.040737
    Du breton Ker - maison. La seconde partie de ce toponyme devait correspondre au nom du propriétaire d'une construction maintenant complètemetn disparue et n'aparaissant ni sur les cartes des Cassini, ni sur les cartes d'État-Major.
  • Kourrijou - Kourrijoù
    Long: : -4.859186 - Lat: : 48.039411
    Nous pourrons rapprocher ce toponyme du Kouregant de Plœmeur. Peut-être une dérive du mot Gored au pluriel appellant sans doute l'existence de pêcheries anciennes en ce lieu. Gored, en breton, est une pêcherie à barrage. Nous le traduirions donc par les pêcheries.
  • Kremlin et Vatican - Kremlin ha Vatikan
    Long: : -4.851785 - Lat: : 48.040450
    C'est le nom des deux casemates construites sur la pointe du Kador par l'organisation Todt pendant la guerre 1939-1945. Vous ne pourrez les rater !
  • Laioù - Laioù
    Long: : -4.852577 - Lat: : 48.037872
    Peut-être une contraction du mot pluriel breton Liorzhoù signifiant jardins potagers ?
  • Laioù Kornog - Laioù Kornog
    Long: : -4.852771 - Lat: : 48.037154
    L'aire de ce toponyme nous a semblé assez ouverte et noté Lia chornog ; cela nous faisant penser à une contraction de Liorzh, jardin potager - Liorzhoù au pluriel, et Kornog, ouest, de l'ouest. Nous ne retrouvons pas ce toponyme sur les cartes IGN actuelles.
  • Le cimetière des Cholériques -
    Long: : -4.860259 - Lat: : 48.040146
    La grande épidémie de choléra qui toucha le Finistère en 1865-1866 n'épargna pas l'île-de-Sein. Les morts de l'île ne furent enterrés près de l'église comme il était d'usage mais dans un cimetière à part pour éviter la contamination ; c'est en ce lieu.
  • Le grand phare - Tour-tan Goulenez
    Long: : -4.866930 - Lat: : 48.043602
    Appelé à tort Grand Phare de l'Île de Sein en français. Construit en 1954-1955 sur l'emplacement de l'ancien phare construit en 1836 et détruit en 1944 par les Allemands.
  • Le Lenn - Al Lenn
    Long: : -4.853164 - Lat: : 48.035942
    Son altitude est de 3.50 m. Le cordon dunaire qui le protège est à 4.86 mètres et l'endroit est protégé par une longue digue. Ce toponyme signifierait le lac - Al Lenn en breton. Sans doute, les fortes marées et tempêtes créant une zone inondée et relativement durable auront fait naître cette appellation.
  • le Raz - Ar Raz
    Long: : -4.836187 - Lat: : 48.032262
    C'est la pointe de Kelaourou qui ouvre sur le Raz de Sein. Un discret et petit tumulus est posé au sommet de l'île, rescapé des destructions antérieures. Il semblerait que son nom est Toul ar Koriganned
  • Le sphinx - Maen Eonog
    Long: : -4.860589 - Lat: : 48.039308
    Sa forme rappelant le profil du Sphinx lui vaut ce surnom. Il est dommage d'oublier le toponyme breton qui signifierait pierre courageuse, pierre brave. Ces roches en équilibre affrontant les furies océaniques méritent bien ce nom, autrement plus élogieux.
  • Lenn ganna - Lenn Gannañ
    Long: : -4.853207 - Lat: : 48.034713
    En français Lenn ganna. Le toponyme de cette anse dérive du breton Lenn, étendue d'eau - peut-être une anse aux eaux plus calmes ?
    Nous avons rapproché Gannañ du breton Kannañ - laver, toujours utilisé en breton vannetais avec ce sens. Question: les Sénans, autrefois et en des temps reculés, y lavaient-ils quelques objets ?
  • Lenn Garn Idog - Lenn Garn Idok
    Long: : -4.854756 - Lat: : 48.037589
    En français, Lenn-Garn-Idok. Lenn est un plan d'eau. Une hypothèse ferait rapprocher Garn du mot breton Karn - cairn, tas de pierre, tumulus, cela toujours plein de réserves. Un cairn maintenant disparu et dont les pierres furent réutilisées pour l'habitat, ou disparu sous la mer ?
  • Les causeurs - Ar Bregourien
    Long: : -4.851227 - Lat: : 48.038116
    En français Les causeurs - toponyme n'étant traduction du savoureux ar Bregourien breton. Ces deux menhirs sont des rescapés, rescapés du cromlec'h de Nifran ; peut-être leur forme caractéristique leur a-t-elle sauvé la tête ?
  • Men brial - Maen Brial
    Long: : -4.849264 - Lat: : 48.038119
    En français Men Brial. Sauf le Maen signifant pierre, roche, nous ne pouvons, à ce jour, vous donner une quelconque information sur le sens possible du mot Brial
  • Men Neï - Maen Nei
    Long: : -4.860022 - Lat: : 48.041182
    Maen Neï voit le monument à la mémoire des FFI érigé en ce lieu. Si Maen signifie Pierre, nous n'avons trouvé de sens à Neï.
  • Nerroth - An Iarrod
    Long: : -4.845456 - Lat: : 48.041105
    En français et sur la carte IGN: Nerroth. Nous serions tentés de traduire le toponyme de cet ilôt accessible à marée basse en jouant sur Yar - poule, et Aod - côte, mais cette voie nous semblant hasardeuse, nous ne le ferons pas. Cet ilôt est cité en 1693 avec un Isle Nernot.
  • Niou - Gwinioù pellañ
    Long: : -4.852137 - Lat: : 48.034934
    Peut être les zones agricoles où poussaient du blé, mais avec beaucoup de réserves. Abrégé en Nioù.
  • Nochimon - An Aod Simon ?
    Long: : -4.850979 - Lat: : 48.034163
    Nochimon sur la carte IGN. Ochimon est une contraction de An Aod Simon. Simon est-il lié au prénom ou une déformation d'un toponyme plus ancien ; nous n'y répondrons pas. Il est intéressant de noter que moult juifs étaient implantés en Bretagne dès la période gallo-romaine. La multitude de noms comme Abraham, Jacob, David, Salaün - Salomon, etc... témoignent de cette période.
    Alors un Simon est-il lié à l'histoire de cette portion de côte ?
  • Park - Park
    Long: : -4.846688 - Lat: : 48.035972
    C'est l'avant-port de l'Île-de-Sein. L'avant-port est cet espace situé entre la passe marquant l'entrée du port et les quais et zones de mouillage. Il est situé juste avant la cale de Maen Brial.
  • Parou - Ar Paroù
    Long: : -4.851611 - Lat: : 48.039714
    En français Parou. Ce mot breton est le pluriel de Par - section de paroisse, ou, et dans ce cas, champs clos. La zone est actuellement construite.
  • Plas ar Scoul - Plas ar Skoul
    Long: : -4.871396 - Lat: : 48.040595
    Orthographié Plas ar Scoul en français. Du breton Plas - place, lieu ; et, Skoul voyant deux sens possibles: soit celui de Milan, l'oiseau de proie ; ou de Skoul - croquemitaine. Nous aimons bien l'hypothèse du croquemitaine car ce lieu est éloigné de l'habitat et doit sembler terrifiant pour les enfants !
  • Pointe de la cale - Beg ar C'hale
    Long: : -4.846888 - Lat: : 48.031913
    C'est tout simplement la Pointe de la Cale, de Beg - pointe, et Kal, ar C'hal - la cale. La carte IGN spécifie le nom de la plage d'un néotoponyme: Sables Blancs. En réalité, cette plage s'appelle An Aod vras - la grande côte.
  • Porkazeg - Porzh Kezeg
    Long: : -4.865814 - Lat: : 48.044527
    Orthographié Porkazeg en français. Signifie le port aux chevaux. Du breton Porzh - le port ; et Kezeg - les chevaux ; singulier Ar Marc'h - le cheval.
    Autrefois, les chevaux embarquaient ou débarquaient depuis ce lieu, à marée haute ; le sable leur évitant les risques de blessure en cas de chute.
  • Port Caig - Porzh Kaig
    Long: : -4.852137 - Lat: : 48.034934
    Noté Port Caig, et Porzh Kaig par l'IGN. N'ayant pas de formes anciennes, mais au vu de l'image satellite, dérivant de porzh le port - et de Kailh - petits cailloux.
  • Port de Men Neï - Porzh Maen Nei
    Long: : -4.858930 - Lat: : 48.040929
    C'est le Port de Maen Neï. En fonction des vents, les marins sénans ancraient parfois leurs bateaux dans cette anse, à l'abri des vents.
  • Pourdéver - Pordeñver
    Long: : -4.859186 - Lat: : 48.039411
    Ce bien plaisant toponyme et cette anse remarquable sont devenus un triste Pourdéver sur les cartes IGN mais reste tellement plus charmant en breton avec un Pordeñver. Ce toponyme, pour sa première partie, se décomposerait en Porzh - le port. Pour la seconde partie, nous le ferions, et sous réserve, dériver du breton teñval - sombre. Sans doute ce toponyme dérive de la couleur sombre de l'eau.
  • Pourtoun - Porzh don
    Long: : -4.836295 - Lat: : 48.031430
    La petite anse de Kelaourou a aussi son toponyme noté Pourtoun. Nous l'avons relié à Porzh don ; ce toponyme pouvant se traduire par Port profond.
  • Quai des Forces Françaises Libres - An Aod Vras
    Long: : -4.850979 - Lat: : 48.034163
    La Grande Côte est devenue Quai des Forces françaises libres après 1945.
  • Quai des Paimpolais - An Aod Meur
    Long: : -4.850979 - Lat: : 48.034163
    La Grande Côte ( 2°) est devenue le quai des Paimpolais.
  • Roujou - Roujoù
    Long: : -4.864854 - Lat: : 48.041174
    Nous pencherions pour un dérivé du mot breton Rous qui, s'il désigne actuellement et communément la couleur rousse, désigne aussi le panicum, panis, graminée de la famille Poacées. Autrefois, faire pousser du blé n'étant guère aisé, la collecte de ce millet, un rhizome, permettait de s'assurer récolte. Le millet, s'utilisant comme les autres farines, est panifiable.
    Ce microtoponyme est ici utilisé au pluriel.
  • Ti logod - Ti logod
    Long: : -4.865585 - Lat: : 48.043607
    Orthographié Dilogod autrefois. Signifie La maison des souris. Du breton Ti - maison ; et Logod, mot collectif pour souris, singulatif Logodenn - une souris.
  • Troeujeur - Trejeur ?
    Long: : -4.850979 - Lat: : 48.034163
    Noté Troeujeur sur les cartes IGN. Toponyme en suspens.
sein-10

PNos toponymes

Datant souvent des temps les plus anciens, images de l'Histoire, de ses hommes, de leurs langues, nos toponymes sont reflets de l'occupation des territoires par les civilisations qui se succèdent.

L'immense majorité de nos toponymes datent des temps les plus anciens, parfois du néolithique ou de la période préceltique, notamment les oronymes et hydronymes. Ils sont aussi légions à avoir été créés lors des grands défrichements qui ont fait naitre nos paysages, nos hameaux, nos villages et communes actuelles. Images de l'Histoire, de ses hommes et de leurs langues, plusieurs strates linguistiques y sont visibles.

Déplorons les néo-toponymes passe-partout, tristesse effrayante, déprimante et appliqués sans réflexion à des lieux chargés de si belle histoire. Combien de Kerlouano devenus Semaine des quatre jeudis, pour citer une commune bretonne au riche passé ; combien de nouvelles communes aux noms à faire pleurer pierres et monuments ; simple plaidoyer pour nos toponymes, si riches, si beaux, si maltraités par facilité intellectuelle.

Il n'y a pas si longtemps, champs, prés et lieux, si petits soient-ils, avaient un nom: un microtoponyme définissant ce lieu avec précision et fort riche d'information. Ces noms, avec une modernité toponymique, se perdent dans l'oubli. Nous tentons de les inscrire quand découverts et localisés fiablement.