GuidesAccueil

Verdun

Presse passée
Verdun
Verdun: Mon grand-oncle, soldat breton mort pour la France...

Sponsor

verdun-55
<Cliquer l'image>


PVerdun: Presse passée

La presse du passé de la commune de Verdun est bonne source pour connaître Verdun.

Ces coupures de presse voient faits-divers, larçins, crimes et violences ou simples cuites verbalisées d'une bonne nuit au violon avec nom, prénom et adresse en clair dans la presse.

À l'époque, les menus larçins pour notre époque voient enquête, et il nous est arrivé de découvrir que le commissaire fait une enquête pour un simple morceau de lard !

Crimes odieux et violences sont aussi légions. La violence était déja forte en ces temps reculés.

Verdun

verdun-55


tFrançais Verdun
tPopulation 19 300 hab
tGentilé verdunois
tSuperficie 31,03 km²
tDensité621.98 hab/km²
tLatitude 49°10'35" N
tLongitude 5°23'58" E
tLatitude49.159801
tLongitude5.382780


Rue Bric et Brac

Presse passée

TIvresse publique

Verdun, 31 juillet - Le mardi 28 juillet, le nommé Gibert Joseph, né à Yssigneaux, Haute-Loire, manœuvre de 28 ans, étant trouvé en état d'ivresse en ville, fut arrêté par l'agent Jeanbrum, qui le conduisit au violon. Chemin faisant, il outragea cet agent et lui déclara même qu'il était anarchiste. 1 mois d'emprisonnement et 5 francs d'amende lui feront passer ses idées belliqueuses.

LE COURRIER DE LA MEUSE - 2 août 1908

TBagarre violente

Verdun, 4 août - Samedi à onze heures du soir, une bagarre violente mettait en émoi la Place du Mazel.
On criait Au Secours, à l'assassin ; c'était un civil poursuivi par trois soldats d'infanterie, des gâs de ch'Nord, armés de leur baïonnette. Heureusement les cris Au feu vinrent calmer les esprits et attirer leur attention sur un autre danger.

LE COURRIER DE LA MEUSE - 6 août 1908

TÉtat d'ivresse

Verdun, 6 août - En total état d'ivresse, Jacquin Ernest, cordonnier à Glorieux, quarteir de Verdun, causait du scandale dans la rue Saint Sauveur.
Un agent de police survint et consuisit Jacquin au violon.
Pendant le trajet, Eugénie Roche, a injurié les agents en les traitant de Bande de forçats. Procès verbal a été dressé.

LE COURRIER DE LA MEUSE - 9 août 1908

TJambe cassée

Verdun, 6 août - Vendredi soir, pendant la représentation de Rigoletto, Monsieur R... a glissé sur le pavé, en sortant du théâtre et s'est cassé une jambe.

LE COURRIER DE VERDUN - 1° janvier 1888

TMendicité

Verdun, 1 août - M. Leroy, agent de la sûreté a mis en état d'arrestation le nommé Lopez Antonio, 34 ans, sujet espagnol, mendiant de maison en maison dans les rues de Verdun
Cet individu fait également l'objet d'une infraction à un arrêté d'expulsion. Après avoir été interrogé par M. le commissaire de Police, il a été conduit devant M. le procureur de la République qui l'a faité crouer.

LE COURRIER DE LA MEUSE - 2 août 1906

pPresse passée

La presse du passé est passionnante !

Regorgeant d'anecdotes ou de faits-divers, parfois croustillante, souvent sordide, parfois amusante, elle nous permet de ressentir la manière de pensée de nos aïeux, de ceux qui ont vécu en cette commune, en ce territoire, de ceux qui l'ont fait vivre et que nous visitons.

La presse passée redonne vie aux simples citoyens, à ces gens qui n'auront jamais nom en livres d'histoire.

Il est plaisant d'y voir l'évolution des importances: en 1900, le commissaire fait une enquête pour un vol de jambon.

La violence est importante: violences ménagères ou non sont courantes, violences villageoises, banditisme ou non aussi ; les comptes se règlent à coups de poings, de bâtons ou autres armes.

Les cuites sont monnaie courante et pas exclusives de certaines régions: nombre de nos aïeux - ayant sans doute très soif, picolent sec !

Un prix spécial devrait être décerné à certains journalistes de cette presse ancienne: les coupures concernant les cuites et amendes en découlant sont parfois d'un humour extraordinaire.

Nous ne pouvons que vous conseiller de lire et acheter la Presse: vous la ferez vivre et imprimerez l'Histoire !