GuidesAccueil

Rouen

Presse passée

:

Sponsor

rouen
<Cliquer l'image>


PRouen: Presse passée

La presse du passé de la commune de Rouen est bonne source pour connaître Rouen.

Ces coupures de presse voient faits-divers, larçins, crimes et violences ou simples cuites verbalisées d'une bonne nuit au violon avec nom, prénom et adresse en clair dans la presse.

À l'époque, les menus larçins pour notre époque voient enquête, et il nous est arrivé de découvrir que le commissaire fait une enquête pour un simple morceau de lard !

Crimes odieux et violences sont aussi légions. La violence était déja forte en ces temps reculés.

Rouen

rouen


tFrançais Rouen
tPopulation 109 400 hab
tGentilé
tSuperficie 21,38 km²
tDensité5116.93 hab/km²
tLatitude 49°26'60" N
tLongitude 1°5'60" E
tLatitude49.433300
tLongitude1.083330


Rue Bric et Brac

Presse passée

TRouenUne disparition inquiétante

Rouen, 31 décembre 1899 - Un jeune garçon de recettes nommé Philéas Donne, âgé de treize ans et demi, avait été envoyé par son patron, M. Charbonnier, huissier à Rouen, pour encaisser 18.000 francs d’effets de commerce dans la banlieue.
Le jeune Donne n’étant pas rentré, la police ouvrit une enquête. On suivit la trace du petit clerc jusque vers le milieu de la journée. Il avait alors touché 8000 francs. À partir de ce moment, on ne sait ce qu’il est devenu.
On a retrouvé la sacoche renfermant 1035 francs dans un cours d’eau près de la gare du nord. Tout porte à croire que Donne a été assassiné.

LE PETIT JOURNAL - 01 janvier 1900

RouenNoces d'or et maman centenaire

Rouen, 31 décembre 1899 - À Rouen, s'est déroulée, ces jours derniers, une cérémonie qui marquera dans Les anales de la grande cité.
À l'église Saint-Hilaire, en méme temps que l'on tétait les cent ans de Mme Vve Petit, née à La Feuillée, département de Seine-Inférieure, le 22 février 1827, on célébrait les noces d'or de sa fille et de son gendre.
Ses trois filles, ses sept petits-enfants et ses vingt-six arrière petits-enfant entouraient la vénérable aïeule et les époux jubilaire.

L'OUEST ÉCLAIR - 27 février 1927

Rouen

RouenL’accident au Chloroforme

Rouen, 26 juin - Un épouvantable accident, qui met au désespoir une des familles les plus honorablement connue de Rouen, est arrivé dans la nuit d'hier, à l'Hôtel Dieu.
Un jeune étudiant en médecine, M. Bachelet, le fils du professeur d'histoire au lycée Corneille, souffrait depuis le matin d'une rage de dents intolérable. Exaspéré par la douleur, il voulut se calmer en absorbant un peu du chloroforme. Malheureusement, il en prit une trop grande quantité, et, à peine avait-il avalé le liquide, qu’il tombait comme une masse. On le transporta chez lui, mais à une heure du matin, il expirait, sans que trois médecins qui lui donnaient leurs soins eussent pu le faire revenir un seul instant à lui.
On devine la douleur de toute cette famille qui avait fondé sur ce malheureux jeune homme les plus grandes espérances, justifiées par les brillants succès qu’il avait remportés dans ses études scolaires.

La Lanterne - 28 juin 1877

RouenCasino de Rouen

Rouen, 5 janvier - Les jeunes artistes amateurs qui ont ouvert à Rouen un Théâtre de Famille à l’usage des bons bourgeois aux ventres vertueux, ont remporté dimanche un nouveau succès. Citons surtout MM. Max-Valbert, Manuel, Raymond, Perducet, Conty, Raoul etc, et surtout la gentille petite Léo, une mignonne enfant applaudie l'an dernier sur la scène du Théâtre Français, et qui fait le plus grand honneur à son professeur M. Dassier.
Pourquoi, en raison du bon accueil reçu par cette vaillante petite troupe, l'élément féminin n'est-il représenté que par cette gracieuse fillette ? Cette façon par trop japonaise de donner du théâtre sans le concours de la plus belle moitié du genre humain amène les artistes du Casino à arranger pour les besoins de leur cause les pièces qu'ils représentent, ce qui, à tous les points de vue, est d'un effet désastreux. La troupe du Casino est formée de bons éléments qu'elle s’adjoigne quelques artistes de l'autre sexe et aussi nous serve quelque plat d'une sauce plus pimentée que les Forfaits de Pipermans, et nous ne serons pas des derniers à leur prodiguer les encouragements qu'ils méritent.

LES NOUVELLES NORMANDES - 07 janvier 1895

RouenGrève des inscrits maritimes

Rouen, 5 janvier - L'Union locale de la C. G. T. a organisé jeudi soir un meeting pour appuyer les revendications des inscrits maritimes en grève et qui a groupé environ 300 auditeurs. Plusieurs orateurs ont pris la parole ; notamment le secrétaire du Syndicat, des inscrits maritimes du Hâvre, qui a assuré aux grévistes rouennais l'appui de leurs camarades havrais.
Les orateurs ont déclaré que la reprise au travail se ferait à la condition qu'aucune sanction ne serait appliquée pour délits de grève.
Un cortège a ensuite circulé dans le centre de la ville, aux accents de l'internationale, derrière les drapeaux rouges étaient les bannières des Inscrits maritimes de la marine fluviale.

LA CROIX - 01 janvier 1938

pPresse passée

La presse du passé est passionnante !

Regorgeant d'anecdotes ou de faits-divers, parfois croustillante, souvent sordide, parfois amusante, elle nous permet de ressentir la manière de pensée de nos aïeux, de ceux qui ont vécu en cette commune, en ce territoire, de ceux qui l'ont fait vivre et que nous visitons.

La presse passée redonne vie aux simples citoyens, à ces gens qui n'auront jamais nom en livres d'histoire.

Il est plaisant d'y voir l'évolution des importances: en 1900, le commissaire fait une enquête pour un vol de jambon.

La violence est importante: violences ménagères ou non sont courantes, violences villageoises, banditisme ou non aussi ; les comptes se règlent à coups de poings, de bâtons ou autres armes.

Les cuites sont monnaie courante et pas exclusives de certaines régions: nombre de nos aïeux - ayant sans doute très soif, picolent sec !

Un prix spécial devrait être décerné à certains journalistes de cette presse ancienne: les coupures concernant les cuites et amendes en découlant sont parfois d'un humour extraordinaire.

Nous ne pouvons que vous conseiller de lire et acheter la Presse: vous la ferez vivre et imprimerez l'Histoire !