GuidesAccueil

Roubaix

Presse passée

:

Sponsor

roubaix
<Cliquer l'image>


PRoubaix: Presse passée

La presse du passé de la commune de Roubaix est bonne source pour connaître Roubaix.

Ces coupures de presse voient faits-divers, larçins, crimes et violences ou simples cuites verbalisées d'une bonne nuit au violon avec nom, prénom et adresse en clair dans la presse.

À l'époque, les menus larçins pour notre époque voient enquête, et il nous est arrivé de découvrir que le commissaire fait une enquête pour un simple morceau de lard !

Crimes odieux et violences sont aussi légions. La violence était déja forte en ces temps reculés.

Roubaix

roubaix


tFrançais Roubaix
tPopulation 95 900 hab
tGentilé
tSuperficie 13,23 km²
tDensité7248.68 hab/km²
tLatitude 50°42'0" N
tLongitude 3°10'0" E
tLatitude50.700001
tLongitude3.166670


Rue Bric et Brac

Presse passée

TLe maire arrêté pour ivresse

Roubaix, 7 novembre - Nous avons annoncé hier l'arrestation du citoyen Carrette, maire collectiviste de Roubaix, pour ivresse.
Notre correspondant nous envoie de nouveaux détails sur ce scandale.
Après d'abondantes libations dans divers cabarets, le maire collectiviste eut l'idée bizarre d'entrer à l'épicerie-buvette, tenue par M. Terlinck, ancien employé révoqué de la ville. Celui-ci ne put réprimer sa surprise: Comment, tu oses venir ici boire une chope ?
La maire répondit par une gifle, et Terlinck riposta par un coup de poing.
Alors Carrette, rendu furieux par l'alcool, saisit tout ce qui lui tomba sous la main verres, chopes, tasses à café, volèrent dans toutes les directions.
Terlinck, effrayé, se réfugia dans sa cuisine où ses filles poussaient de grands cris.
Survint le brigadier Decourcelles. Il intima à l'ivrogne l'ordre de se retirer mais celui-ci répondit Tu m'em (ici un mot historique); ça te regarde pas. Puis il saisit à la gorge et bouscula l'agent.
Malgré ces violences, le sous-brigadier réussit à emmener Carrette au poste. De là, il fut conduit entre deux agents au poste central, au milieu d'une foule considérable. Le malheureux titubait, le spectacle était pitoyable.
- C'est triste de voir une chose pareille, disait un ouvrier. On sait le reste. M. Carrette fut remis en liberté et reconduit en voiture chez lui.
Il sera poursuivi pour violences, bris de mobilier et outrages à un agent.

LA CROIX - 9 novembre 1898

TLe sous-brigadier assommé

Roubaix, 8 novembre - Le sous-brigadier de police qui a conduit le maire au poste, a reçu dans la soirée de lundi, d'un individu embusqué sur son passage, un violent coup de matraque sur la tête.
Cet agresseur inconnu a pris la fuite. La blessure de l'agent n'est pas grave, mais nécessitera un repos de quelques jours.

LA CROIX - 9 novembre 1898

TUne disparition inquiétante

Roubaix, 31 décembre 1899 - Un jeune garçon de recettes nommé Philéas Donne, âgé de treize ans et demi, avait été envoyé par son patron, M. Charbonnier, huissier à Roubaix, pour encaisser 18.000 francs d’effets de commerce dans la banlieue.
Le jeune Donne n’étant pas rentré, la police ouvrit une enquête. On suivit la trace du petit clerc jusque vers le milieu de la journée. Il avait alors touché 8000 francs. À partir de ce moment, on ne sait ce qu’il est devenu.
On a retrouvé la sacoche renfermant 1035 francs dans un cours d’eau près de la gare du nord. Tout porte à croire que Donne a été assassiné.

LE PETIT JOURNAL - 1° janvier 1900

TGrêves à Roubaix

Roubaix, 23 avril - À Roubaix, les deux agents de police, Declercq et Vanin qui font leur ronde de nuit dans le quartier de Ste-Elisabeth sont attaqués par une bande de cinq anarchistes qui les injurient grossièrement. Serrés de près par leurs agresseurs, les sergents de ville sont obligés de de sortir leurs révolvers et Declercq tire en l'air trois coups de son arme. Effrayés par cette détonation les assaillants prennent la fuite laissant entre les mains de la police un d'entre eux qui, plus ivre que les autres, s'était signalé par son animosité contre les agents.

LA CROIX - 6 janvier 1886

TPendue en gardant les enfants

Roubaix, 2 janvier - Une servante, Madeleine Callens, 14 ans, laissée seule à la maison des époux Deperchin avec deux enfants de 3 et 4 ans, a été trouvée pendue dans la cour. Les enfants expliquent qu'elle a joué à se pendre et n'aura sans doute pas su se dégager.

LA CROIX - 4 janvier 1901

pPresse passée

La presse du passé est passionnante !

Regorgeant d'anecdotes ou de faits-divers, parfois croustillante, souvent sordide, parfois amusante, elle nous permet de ressentir la manière de pensée de nos aïeux, de ceux qui ont vécu en cette commune, en ce territoire, de ceux qui l'ont fait vivre et que nous visitons.

La presse passée redonne vie aux simples citoyens, à ces gens qui n'auront jamais nom en livres d'histoire.

Il est plaisant d'y voir l'évolution des importances: en 1900, le commissaire fait une enquête pour un vol de jambon.

La violence est importante: violences ménagères ou non sont courantes, violences villageoises, banditisme ou non aussi ; les comptes se règlent à coups de poings, de bâtons ou autres armes.

Les cuites sont monnaie courante et pas exclusives de certaines régions: nombre de nos aïeux - ayant sans doute très soif, picolent sec !

Un prix spécial devrait être décerné à certains journalistes de cette presse ancienne: les coupures concernant les cuites et amendes en découlant sont parfois d'un humour extraordinaire.

Nous ne pouvons que vous conseiller de lire et acheter la Presse: vous la ferez vivre et imprimerez l'Histoire !