GuidesAccueil

Lindre-Basse

Lindre-Basse - Presse passée

:

Sponsor

lindre-basse
<Cliquez l'image>




TLindre-Basse: Presse passée

La presse du passé de la commune de Lindre-Basse est bonne source pour connaître Lindre-Basse.

Ces coupures de presse voient faits-divers, larçins, crimes et violences ou simples cuites verbalisées d'une bonne nuit au violon avec nom, prénom et adresse en clair dans la presse.

À l'époque, les menus larçins pour notre époque voient enquête, et il nous est arrivé de découvrir que le commissaire fait une enquête pour un simple morceau de lard !

Crimes odieux et violences sont aussi légions. La violence était déja forte en ces temps reculés.

Lindre-Basse

lindre-basse


tFrançais Lindre-Basse
 
tPopulation 200
tGentilé
tSuperficie 8,28 km²
tDensité24.15 /km²
 
tLatitude 48°48'60" N
tLongitude 6°45'0" E
tLatitude48.799999
tLongitude6.750000


Rue Bric et Brac

Presse passée

TTerribles noyades

Lindre-Basse, 19 décembre - La commune de Lindre-Basse, arrondissement de Château-Salins, vient d'être mise en émoi par une terrible catastrophe. Le 16 décembre de nombreux patineurs se livraient à leurs ébats sur le grand étang de Lindre, lorsque, tout à coup, un jeune garçon de huit ans, nommé Blaise, perdit pied à un endroit insuffisamment gelé et disparut. À cette vue, un jeune homme de seize ans, du nom de Perrin, s'avance pour porter secours, mais il s'enfonce à son tour.
Le même sort est réservé à son frère, âgé de onze ans, qui n'hésite pas à tenter le sauvetage. Personne n'ose, plus s'approcher du trou béant qui vient d'engloutir trois victimes, un officier du 136° régiment d'infanterie, le capitaine Geppert se débarrasse de son manteau et plonge à diverses reprises ; il saisit deux des noyés ; mais la glace craquant de toutes parts, il est obligé de lâcher prise, s'il ne veut périr lui-même. Il n'a dû son salut qu'à la présence d'esprit du capitaine von Heringen, qui lui a tendu au moment critique la poignée de son sabre.
Les victimes de ce terrible accident sont les deux fils de M. Nicolas Perrin et le fils de M. Joseph Blaise.

LE RADICAL - 21 décembre 1888

TPresse passée

La presse du passé est passionnante !

Regorgeant d'anecdotes ou de faits-divers, parfois croustillante, souvent sordide, parfois amusante, elle nous permet de ressentir la manière de pensée de nos aïeux, de ceux qui ont vécu en cette commune, en ce territoire, de ceux qui l'ont fait vivre et que nous visitons.

La presse passée redonne vie aux simples citoyens, à ces gens qui n'auront jamais nom en livres d'histoire.

Il est plaisant d'y voir l'évolution des importances: en 1900, le commissaire fait une enquête pour un vol de jambon.

La violence est importante: violences ménagères ou non sont courantes, violences villageoises, banditisme ou non aussi ; les comptes se règlent à coups de poings, de bâtons ou autres armes.

Les cuites sont monnaie courante et pas exclusives de certaines régions: nombre de nos aïeux - ayant sans doute très soif, picolent sec !

Un prix spécial devrait être décerné à certains journalistes de cette presse ancienne: les coupures concernant les cuites et amendes en découlant sont parfois d'un humour extraordinaire.

Nous ne pouvons que vous conseiller de lire et acheter la Presse: vous la ferez vivre et imprimerez l'Histoire !