GuidesAccueil

Glénac

Glénac - Presse passée

:

Sponsor

glenac
<Cliquez l'image>




TGlénac: Presse passée

La presse du passé de la commune de Glénac est bonne source pour connaître Glénac.

Ces coupures de presse voient faits-divers, larçins, crimes et violences ou simples cuites verbalisées d'une bonne nuit au violon avec nom, prénom et adresse en clair dans la presse.

À l'époque, les menus larçins pour notre époque voient enquête, et il nous est arrivé de découvrir que le commissaire fait une enquête pour un simple morceau de lard !

Crimes odieux et violences sont aussi légions. La violence était déja forte en ces temps reculés.

Glénac

glenac


tFrançais Glénac
 
tPopulation 800
tGentilé glénacois
tSuperficie 13,70 km²
tDensité58.39 /km²
 
tLatitude 47°44'60" N
tLongitude 2°8'60" W
tLatitude47.733299
tLongitude-2.133330


Rue Bric et Brac

Presse passée

TAccident mortel

Glénac, 18 mai - Un triste accident est survenu vendredi dernier à Reumelin.
Le jeune Honoré Fourrages, âgé de 2 ans 1/2, a été tué accidentellement par une chute de pierre que son père, âgé de 48 ans, carrier, demeurant au village des Forêts, était en train d'extraire pour son compte dans la carrière de Reumelin. Vers 3 heures, cet enfant, étant pris de sommeil, demanda à son père de le coucher. Le père enveloppa l'enfant dans sa blouse, le coucha à l'abri au fond de la carrière et reprit son travail.
Deux heures après, comme il extrayait un énorme bloc pesant approximativement deux cents kilos, à 2m50 de hauteur, ce bloc se détachant tout-à-coup roula au fond de la carrière malgré les efforts du père Fourrages pour le retenir, et vint s'abattre sur son enfant qui dormait, le couvrant en partie.
Fourrages se porta aussitôt au secours de son fils et, avec l'aide des ouvriers Chevalier et Pilgean qui travaillaient près de lui, parvint à le dégager. Le pauvre petit rendait le sang par les oreilles et le nez, mais il respirait encore. Transporté chez ses parents, il rendit son dernier soupir.
Le malheureux Fourrages est désespéré.

L'ARVOR - 22 mai 1898

TVol sacrilège

Glénac, 30 janvier - La nuit dernière, après avoir volé chez un maréchal plusieurs limes et ciseaux, des malfaiteurs ont pénétré dans notre église. À l'aide d'un gros madrier, ils ont réussi à tordre une énorme barre de fer ont brisé une vitre de croisée et se sont introduits dans la sacristie. Toutes les armoires ont été ouvertes et plusieurs objets jetés dédaigneusement sur le plancher. Forçant ensuite la serrure de la porte, ils sont allés dans l'église ; mais à leur grand désappointement, je suppose, ils n'ont trouvé qu'un pauvre sou à la crèche de l'Enfant Jésus. Ils l'ont pris. Les vases sacrés - deux calices et deux ciboires. Les embarrassant probablement embarrassés, ils les ont laissés ; c'était l'argent qu'ils cherchaient.
À Cournon, à une lieue de Glénac, la même tentative a été faite, la même nuit, avec le même insuccès.
Ce fait pourrait servir d'avertissement à d'autres églises.

LA CROIX - 2 février 1887

TPresse passée

La presse du passé est passionnante !

Regorgeant d'anecdotes ou de faits-divers, parfois croustillante, souvent sordide, parfois amusante, elle nous permet de ressentir la manière de pensée de nos aïeux, de ceux qui ont vécu en cette commune, en ce territoire, de ceux qui l'ont fait vivre et que nous visitons.

La presse passée redonne vie aux simples citoyens, à ces gens qui n'auront jamais nom en livres d'histoire.

Il est plaisant d'y voir l'évolution des importances: en 1900, le commissaire fait une enquête pour un vol de jambon.

La violence est importante: violences ménagères ou non sont courantes, violences villageoises, banditisme ou non aussi ; les comptes se règlent à coups de poings, de bâtons ou autres armes.

Les cuites sont monnaie courante et pas exclusives de certaines régions: nombre de nos aïeux - ayant sans doute très soif, picolent sec !

Un prix spécial devrait être décerné à certains journalistes de cette presse ancienne: les coupures concernant les cuites et amendes en découlant sont parfois d'un humour extraordinaire.

Nous ne pouvons que vous conseiller de lire et acheter la Presse: vous la ferez vivre et imprimerez l'Histoire !