GuidesAccueil

Châteauneuf-du-Faou

Presse passée

:

Sponsor

chateauneuf-faou
<Cliquer l'image>

Cette entreprise soutient notre projet; nous l'en remercions. Faites-la travailler !.



PChâteauneuf-du-Faou: Presse passée

La presse du passé de la commune de Châteauneuf-du-Faou est bonne source pour connaître Châteauneuf-du-Faou.

Ces coupures de presse voient faits-divers, larçins, crimes et violences ou simples cuites verbalisées d'une bonne nuit au violon avec nom, prénom et adresse en clair dans la presse.

À l'époque, les menus larçins pour notre époque voient enquête, et il nous est arrivé de découvrir que le commissaire fait une enquête pour un simple morceau de lard !

Crimes odieux et violences sont aussi légions. La violence était déja forte en ces temps reculés.

Châteauneuf-du-Faou

chateauneuf-faou


tFrançais Châteauneuf-du-Faou
tPopulation 3 700 hab
tGentilé châteauneuviens
tSuperficie 42,58 km²
tDensité86.9 hab/km²
tLatitude 48°11'60" N
tLongitude 3°49'0" W
tLatitude48.183300
tLongitude-3.816670


Rue Bric et Brac

Presse passée

Tchateauneuf du faouBoule est perdu

Une vieille demoiselle, Philomène L., demeurant rue de Vaugirard, n'avait plus sur terre qu'une seule affection, celle d'un affreux petit chien, Boule, que chaque jour elle menait promener dans le square en face de la mairie du XV° arrondissement à Paris.
Les gamins du quartier la connaissaient bien, aussi il n'y avait pas de misères qu'ils n'inventassent pour faire enrager la pauvre vieille. Souvent ils coupaient la laisse, prenaient le chien et le ramenaient le lendemain, certains d'avoir une pièce de 50 centimes, voire même d'un franc.
Il y a huit jours, le chien disparut pour de bon et ne revint plus. Philomène L... en éprouva un tel désarroi qu'elle s'est suicidée.
On l'a trouvée hier matin, morte dans sa chambre, à côté d'un réchaud à demi-consumé. Dans une lettre, elle annonçait qu'elle ne voulait pas survivre à la perte de son cher Boule.

LE NOUVELLISTE DU MORBIHAN - 7 janvier 1894

pPresse passée

La presse du passé est passionnante !

Regorgeant d'anecdotes ou de faits-divers, parfois croustillante, souvent sordide, parfois amusante, elle nous permet de ressentir la manière de pensée de nos aïeux, de ceux qui ont vécu en cette commune, en ce territoire, de ceux qui l'ont fait vivre et que nous visitons.

La presse passée redonne vie aux simples citoyens, à ces gens qui n'auront jamais nom en livres d'histoire.

Il est plaisant d'y voir l'évolution des importances: en 1900, le commissaire fait une enquête pour un vol de jambon.

La violence est importante: violences ménagères ou non sont courantes, violences villageoises, banditisme ou non aussi ; les comptes se règlent à coups de poings, de bâtons ou autres armes.

Les cuites sont monnaie courante et pas exclusives de certaines régions: nombre de nos aïeux - ayant sans doute très soif, picolent sec !

Un prix spécial devrait être décerné à certains journalistes de cette presse ancienne: les coupures concernant les cuites et amendes en découlant sont parfois d'un humour extraordinaire.

Nous ne pouvons que vous conseiller de lire et acheter la Presse: vous la ferez vivre et imprimerez l'Histoire !