GuidesAccueil

Bort-les-Orgues

Bort-les-Orgues - Presse passée

:

Sponsor

bort-les-orgues
<Cliquez l'image>




TBort-les-Orgues: Presse passée

La presse du passé de la commune de Bort-les-Orgues est bonne source pour connaître Bort-les-Orgues.

Ces coupures de presse voient faits-divers, larçins, crimes et violences ou simples cuites verbalisées d'une bonne nuit au violon avec nom, prénom et adresse en clair dans la presse.

À l'époque, les menus larçins pour notre époque voient enquête, et il nous est arrivé de découvrir que le commissaire fait une enquête pour un simple morceau de lard !

Crimes odieux et violences sont aussi légions. La violence était déja forte en ces temps reculés.

Bort-les-Orgues

bort-les-orgues


tFrançais Bort-les-Orgues
 
tPopulation 3 200
tGentilé bortois
tSuperficie 15,07 km²
tDensité212.34 /km²
 
tLatitude 45°24'0" N
tLongitude 2°30'0" E
tLatitude45.400002
tLongitude2.500000


Rue Bric et Brac

Presse passée

T

Les nouvelles de Bort-les-Orgues

Bort-les-Orgues  Sauvé par son chien

Bort-les-Orgues, 20 août - L'audacieuse agression que représente notre gravure, a été commise, sur la route de Bort à Lanobre.
La diligence, était partie comme de coutume, de la gare de Bort, département de Corrèze, pour se rendre à Lanobre (Cantal), où elle portait le courrier de la poste et où à son retour elle devait prendre des voyageurs pour le train de Paris. Quand elle fut arrivée à mi-chemin de la côte de Veilhac, à cinq cents mètres environ du village de ce nom, deux individus surgirent des buissons qui bordent la route.
Pendant qu'un des malfaiteurs maintenait les chevaux, l'autre cherchait à monter sur le siège de la voiture pour se saisir du malheureux postillon, le jeter à terre et s'emparer ensuite du sac de dépêches.
Grâce à l'intervention de son chien, le conducteur put s'échapper et rejoindre le bureau des postes de Lanobre, où il raconta l'agression dont il avait été l'objet.



LE PETIT JOURNAL ILLUSTRÉ - 22 août 1910

TPresse passée

La presse du passé est passionnante !

Regorgeant d'anecdotes ou de faits-divers, parfois croustillante, souvent sordide, parfois amusante, elle nous permet de ressentir la manière de pensée de nos aïeux, de ceux qui ont vécu en cette commune, en ce territoire, de ceux qui l'ont fait vivre et que nous visitons.

La presse passée redonne vie aux simples citoyens, à ces gens qui n'auront jamais nom en livres d'histoire.

Il est plaisant d'y voir l'évolution des importances: en 1900, le commissaire fait une enquête pour un vol de jambon.

La violence est importante: violences ménagères ou non sont courantes, violences villageoises, banditisme ou non aussi ; les comptes se règlent à coups de poings, de bâtons ou autres armes.

Les cuites sont monnaie courante et pas exclusives de certaines régions: nombre de nos aïeux - ayant sans doute très soif, picolent sec !

Un prix spécial devrait être décerné à certains journalistes de cette presse ancienne: les coupures concernant les cuites et amendes en découlant sont parfois d'un humour extraordinaire.

Nous ne pouvons que vous conseiller de lire et acheter la Presse: vous la ferez vivre et imprimerez l'Histoire !