GuidesAccueil

Blégiers

Presse passée

:

Sponsor

blegiers
<Cliquer l'image>

Cette entreprise soutient notre projet; nous l'en remercions. Faites-la travailler !.


  • VOTRE ENTREPRISE
    Son adresse
    05000 Gap
  • Téléphone: 04 92 53 79 42
  • Portable: 04 92 53 79 44
  • Télécopie: 04 92 53 79 43

  • http://www.son-site.aa
  • courriel@son-site.aa

  • Latitude: 44.561701
  • Longitude: 6.082842


Blégiers

blegiers
tFrançais Blégiers
tPopulation 0 hab
tGentilé
tSuperficie 0,00 km²
tDensité hab/km²
tLatitude 44°11'51" N
tLongitude 6°25'5" E
tLatitude44.180856
tLongitude6.418123

Rue Bric et Brac

Presse passée

Les nouvelles de Blégiers

Blégiers   Triste mort d'un conscrit de Blégiers

Blégiers, 9 août - Un triste événement a jeté l'émoi à la caserne Rusca, place Saint-Dominique, à Nice. Un soldat, en prévention de conseil de guerre pour vol, s'est pendu dans la cellule qu'il occupait.
Ce malheureux se nomme Jaume Félix-Joseph-Archange, âgé de 23 ans, natif de Blégiers, Basses-Alpes. Il était au 55° Régimùent d'Infanterie depuis deux ans.
Pour accomplir son fatal projet, Jaume s'est servi de la corde qui servait à ouvrir le vasistas. Ayant fait un nœud coulant au bout de cette corde, il se la passa autour du cou, et comme ses pieds touchaient à terre, il eut la constance de relever ses jambes et de rester dans cette position jusqu'à ce que la mort soit venue.
C'est dans cette posture que le caporal de garde, qui, à 9 heures 1/2, vint ouvrir la porte de la cellule, pour faire passer la soupe aux prisonniers, trouva l'infortuné soldat, qui, la langue pendante, les membres contractés, se débattait au milieu des affres de la mort.
Aidé d'un soldat, le caporal coupa aussitôt la corde, espérant pouvoir encore sauver l'infortuné ; mais il était trop tard. Pendant que l'on était allé prévenir le médecin-major de la garnison, Jaume rendait le dernier soupir.

LA LANTERNE - 11 août 1893

Blégiers   Une rescapée frappée d'amnésie

Blégiers, 12 novembre - Dans la matinée du 9 novembre, quelques personnes de Blégiers étaient intriguées par les allées et venues d'une fillette ayant une petite valise à la main, qui errait sur la route. Aux questions qui lui étaient posées, elle ne savait que répondre : Le feu, le feu.
Dans la valise se trouvaient plusieurs vêtements de femme et quelques romans populaires. Elle dut être hospitalisée à Digne.
Pour le personnel de l'hôpital de Digne, ce ne serait qu'une pauvre amnésique. Mais n'est-on pas en présence d'Augusta Foin, appelée familièrement Fifille, la petite arpète de 14 ans, disparue depuis l'incendie des Nouvelles Galeries de Marseille, dont les parents croyaient qu'elle avait péri dans la catastrophe, mais que plusieurs camarades de travail affirmaient avoir revu errant dans les rues de Marseille.

LE POPULAIRE - 14 novembre 1938

pPresse passée

La presse du passé est passionnante !

Regorgeant d'anecdotes ou de faits-divers, parfois croustillante, souvent sordide, parfois amusante, elle nous permet de ressentir la manière de pensée de nos aïeux, de ceux qui ont vécu en cette commune, en ce territoire, de ceux qui l'ont fait vivre et que nous visitons.

La presse passée redonne vie aux simples citoyens, à ces gens qui n'auront jamais nom en livres d'histoire.

Il est plaisant d'y voir l'évolution des importances: en 1900, le commissaire fait une enquête pour un vol de jambon ; . La violence est importante: violences ménagères ou non sont courantes, violences villageoises, banditisme ou non aussi ; les comptes se règlent à coups de poings, de bâtons ou autres armes.

Les cuites sont monnaie courante et pas exclusives de certaines régions: nombre de nos aïeux - ayant sans doute très soif, picolent sec !

Nous ne pouvons que vous conseiller de lire et acheter la Presse: vous la ferez vivre et imprimerez l'Histoire !