GuidesAccueil

Bannalec

Presse passée

:

Sponsor

bannalec
<Cliquer l'image>

Cette entreprise soutient notre projet; nous l'en remercions. Faites-la travailler !.


  • VOTRE ENTREPRISE
    Son adresse
    05000 Gap
  • Téléphone: 04 92 53 79 42
  • Portable: 04 92 53 79 44
  • Télécopie: 04 92 53 79 43

  • http://www.son-site.aa
  • courriel@son-site.aa

  • Latitude: 44.561701
  • Longitude: 6.082842


Bannalec

bannalec
tFrançais Bannalec
tPopulation 5 200 hab
tGentilé bannalécois
tSuperficie 77,51 km²
tDensité67.09 hab/km²
tLatitude 47°56'60" N
tLongitude 3°42'0" W
tLatitude47.933300
tLongitude-3.700000


Rue Bric et Brac

Presse passée

Les nouvelles de Bannalec

Bannalec  Les quadruplés de Bannalec

Bannalec, 6 novembre - Le 4 novembre naissaient, dans une commune du Finistère, à Bannalec, quatre bébés jumeaux : Marcelle, Marie-Françoise, Paul et Philippe. L'accouchement fut long et difficile. Quand la jeune mère s'éveilla, on lui annonça la nouvelle. Elle se mit à pleurer.
— Comment ferons-nous ? se désola-t-elle.
Elle a trente ans. Vive, brune, gracieuse et gaie, elle était serveuse dans un restaurant à Lorient quand elle connut Léon Alliber, un marin un peu plus jeune qu'elle. Trois enfants, drus et sains, sont déjà nés de leur union heureuse. Jean, 6 ans ; Jacqueline, 4 ans. et Nicole, 14 mois.
Le père travaille à l'arsenal de Lorient. Il gagne 3.000 francs par mois. La mère et les enfants se sont réfugiés à Bannalec. Ils vivent dans une seule grande pièce tenue méticuleusement. Mais, comment faire avec sept enfants ?
Le Secours National a donné l.000 francs à chacun des bébés et offert de les élever. La mère a refusé.
La directrice de l'école des filles a eu le geste qu'il fallait. Ses élèves se sont égaillées dans Bannalec pour faire une collecte. Tout le village a donné quelque chose : des lainages, de l'argent, du ravitaillement.

L'ACTION FRANÇAISE - 7 décembre 1943

bannalec  Les laitiers fraudeurs

National - Après la société Maggi, voilà devant la 8° chambre les Fermiers-Réunis et les Fermiers de la Beauce. On sait en quoi consiste l'industrie de ces messieurs, notre ami Compère-Morel en a parlé souvent. Acheter au meilleur marché possible le lait aux petits paysans puis le revendre à Paris avec bénéfice.
Maître Desplas, l'avocat des Fermiers de la Beauce, pouvait donc, avec certaine raison, déclarer que ces sociétés industrielles sont supérieures aux petits commerçants et boutiquiers. Mais encore faut-il que ce commerce se fasse honnêtement et on ne multiplie point le lait avec des additions d'eau. Or, comme avant tout on ne se préoccupe que du bénéfice à réaliser, les capitalistes de ces sociétés n'hésitent pas à utiliser ce moyen. S'il faut en croire l'accusation, ces sociétés amènent ainsi à Paris vingt mille litres de lait de plus qu'ils n'en ont recueilli aux dépôts de ramassage.
Croissez et multipliez, c'est un précepte religieux que ces braves gens semblent avoir mis en pratique aux dépens du bon public. Je sais bien que leurs avocats contestent ce dire des experts; nous verrons en tout cas ce qu'en dira le tribunal dans son jugement, à huitaine ou quinzaine.
L'HUMANITÉ, 14 janvier 1910

bannalec  Imprudence mortelle

Bannalec, 6 novembre - Tous les jours de nouveaux accidents montrent le danger qu'il peut y avoir à se jeter d'une voiture en marche.
Le 22 juin, la femme Le Naour, cultivatrice, revenait à 7 heures du soir de Quimperlé avec deux de ses frères, lorsque les chevaux prirent tout à coup le galop. Elle voulut sauter à terre derrière la voiture, mais comme il arrive ordinairement en pareil cas, la tête porta la première, et avec une telle violence, que la mort fut instantanée.

LE FINISTÈRE - Samedi 22 juin 1872

pPresse passée

La presse du passé est passionnante !

Regorgeant d'anecdotes ou de faits-divers, parfois croustillante, souvent sordide, parfois amusante, elle nous permet de ressentir la manière de pensée de nos aïeux, de ceux qui ont vécu en cette commune, en ce territoire, de ceux qui l'ont fait vivre et que nous visitons.

La presse passée redonne vie aux simples citoyens, à ces gens qui n'auront jamais nom en livres d'histoire.

Il est plaisant d'y voir l'évolution des importances: en 1900, le commissaire fait une enquête pour un vol de jambon ; . La violence est importante: violences ménagères ou non sont courantes, violences villageoises, banditisme ou non aussi ; les comptes se règlent à coups de poings, de bâtons ou autres armes.

Les cuites sont monnaie courante et pas exclusives de certaines régions: nombre de nos aïeux - ayant sans doute très soif, picolent sec !

Nous ne pouvons que vous conseiller de lire et acheter la Presse: vous la ferez vivre et imprimerez l'Histoire !