GuidesAccueil

Asnières-sur-Seine

Presse passée

:

Sponsor

asnieres-sur-seine
<Cliquer l'image>


PAsnières-sur-Seine: Presse passée

La presse du passé de la commune de Asnières-sur-Seine est bonne source pour connaître Asnières-sur-Seine.

Ces coupures de presse voient faits-divers, larçins, crimes et violences ou simples cuites verbalisées d'une bonne nuit au violon avec nom, prénom et adresse en clair dans la presse.

À l'époque, les menus larçins pour notre époque voient enquête, et il nous est arrivé de découvrir que le commissaire fait une enquête pour un simple morceau de lard !

Crimes odieux et violences sont aussi légions. La violence était déja forte en ces temps reculés.

Asnières-sur-Seine

asnieres-sur-seine


tFrançais Asnières-sur-Seine
tPopulation 81 700 hab
tGentilé asniérois
tSuperficie 4,82 km²
tDensité16950.21 hab/km²
tLatitude 48°55'40" N
tLongitude 2°17'8" E
tLatitude48.911201
tLongitude2.285560


Rue Bric et Brac

Presse passée

TSanglante bagarre à Asnières-sur-Seine

Asnières-sur-Seine, 29 mai - La nuit dernière, vers une heure, les agents Genevois et Fontany, de la brigade d'Asnières, étaient de service, rue Bapst, lorsqu'ils se trouvèrent en présence de trois individus, les nommés Hauck, Rauleri et Bouchon, qui causaient du scandale. Les agents ayant voulu les faire taire, les trois hommes se mirent à les injurier et se jetèrent sur eux.
Un corps-à-corps s'ensuivit. Au cours de la lutte, l'agent Fontany fut renversé et l'un des agresseurs lui fracassa la mâchoire à coups de talon. Le malheureux Fontany, dont plusieurs dents étaient brisées, parvint malgré le sang qui l'aveuglait à se relever. De son côté, l'agent Genevois qui, au cours de la bagarre, avait été cruellement mordu à la figure et au poignet droit, saisit son sabre, et aidé de son collègue Fontany qui avait également dégainé, il put s'emparer de deux des agresseurs, Hauck et Rauleri. Ceux-ci furent conduits au commissariat où on les enferma dans la chambre de sûreté.
Après d'actives recherches, Bouchon fut également arrêté. Tous trois, après avoir été interrogés par M. Kien, commissaire de police d'Asnières, et confrontés avec les agents qu'ils avaient attaqués, et dont les blessures nécessiteront plusieurs jours de repos, ont été mis à la disposition de la justice.

LA CROIX - 1° juin 1898

pPresse passée

La presse du passé est passionnante !

Regorgeant d'anecdotes ou de faits-divers, parfois croustillante, souvent sordide, parfois amusante, elle nous permet de ressentir la manière de pensée de nos aïeux, de ceux qui ont vécu en cette commune, en ce territoire, de ceux qui l'ont fait vivre et que nous visitons.

La presse passée redonne vie aux simples citoyens, à ces gens qui n'auront jamais nom en livres d'histoire.

Il est plaisant d'y voir l'évolution des importances: en 1900, le commissaire fait une enquête pour un vol de jambon.

La violence est importante: violences ménagères ou non sont courantes, violences villageoises, banditisme ou non aussi ; les comptes se règlent à coups de poings, de bâtons ou autres armes.

Les cuites sont monnaie courante et pas exclusives de certaines régions: nombre de nos aïeux - ayant sans doute très soif, picolent sec !

Un prix spécial devrait être décerné à certains journalistes de cette presse ancienne: les coupures concernant les cuites et amendes en découlant sont parfois d'un humour extraordinaire.

Nous ne pouvons que vous conseiller de lire et acheter la Presse: vous la ferez vivre et imprimerez l'Histoire !