GuidesAccueil

Ascros

Presse passée

:

Sponsor

ascros
<Cliquer l'image>

Cette entreprise soutient notre projet; nous l'en remercions. Faites-la travailler !.


  • VOTRE ENTREPRISE
    Son adresse
    05000 Gap
  • Téléphone: 04 92 53 79 42
  • Portable: 04 92 53 79 44
  • Télécopie: 04 92 53 79 43

  • http://www.son-site.aa
  • courriel@son-site.aa

  • Latitude: 44.561701
  • Longitude: 6.082842


Ascros

ascros
tFrançais Ascros
tPopulation 100 hab
tGentilé ascrossois
tSuperficie 17,74 km²
tDensité5.64 hab/km²
tLatitude 43°55'16" N
tLongitude 7°1'51" E
tLatitude43.921246
tLongitude7.014260


Rue Bric et Brac

Presse passée

tSuicide tragique

Ascros, 15 janvier - Ce même samedi, à Ascros, près de Nice, une jeune fille de quatorze ans, Mélanie G., a montré, dans un triste et déplorable attentat, un sang-froid et une précocité rares à son âge.
La veille, sa mère, ayant à laver du linge, lui ordonna d'aller puiser de l'eau à la fontaine. L'enfant refusa. Sa mère insistant, Mélanie lui répondit:
/- Vous me tuerez plutôt que de m'y faire aller.
La femme G., qui connaissait le caractère ombrageux et inflexible de sa fille, lui céda, non sans lui avoir fait une verte réprimande, et s'en alla a la fontaine.
Un quart d'heure après, une voisine se présenta à son logis, et fut assez intriguée de voir la porte fermée à l'intérieur. On alla avertir la femme G. de cet accident.
Saisie d'un funeste pressentiment, la pauvre femme accourut en toute hâte et se précipita par une fenêtre vers la chambre de Mélanie. Un spectacle navrant s'offrit à ses regards. La jeune fille s'était pendue à une solive transversale de la pièce.
Pour accomplir ce suicide, Mélanie était montée sur son lit et avait enroulé une corde a la poutre, avant d'en passer le nœud coulant à son cou, et de s'élancer dans le vide.

LE PETIT JOURNAL - 19 janvier 1865

pPresse passée

La presse du passé est passionnante !

Regorgeant d'anecdotes ou de faits-divers, parfois croustillante, souvent sordide, parfois amusante, elle nous permet de ressentir la manière de pensée de nos aïeux, de ceux qui ont vécu en cette commune, en ce territoire, de ceux qui l'ont fait vivre et que nous visitons.

La presse passée redonne vie aux simples citoyens, à ces gens qui n'auront jamais nom en livres d'histoire.

Il est plaisant d'y voir l'évolution des importances: en 1900, le commissaire fait une enquête pour un vol de jambon ; . La violence est importante: violences ménagères ou non sont courantes, violences villageoises, banditisme ou non aussi ; les comptes se règlent à coups de poings, de bâtons ou autres armes.

Les cuites sont monnaie courante et pas exclusives de certaines régions: nombre de nos aïeux - ayant sans doute très soif, picolent sec !

Nous ne pouvons que vous conseiller de lire et acheter la Presse: vous la ferez vivre et imprimerez l'Histoire !