GuidesAccueil

Ambon

Presse passée

:

Sponsor

ambon
<Cliquer l'image>


PAmbon: Presse passée

La presse du passé de la commune de Ambon est bonne source pour connaître Ambon.

Ces coupures de presse voient faits-divers, larçins, crimes et violences ou simples cuites verbalisées d'une bonne nuit au violon avec nom, prénom et adresse en clair dans la presse.

À l'époque, les menus larçins pour notre époque voient enquête, et il nous est arrivé de découvrir que le commissaire fait une enquête pour un simple morceau de lard !

Crimes odieux et violences sont aussi légions. La violence était déja forte en ces temps reculés.

Ambon

ambon


tFrançais Ambon
tPopulation 1 600 hab
tGentilé Ambonnais
tSuperficie 38,04 km²
tDensité42.06 hab/km²
tLatitude 47°33'20" N
tLongitude 2°33'16" W
tLatitude47.555423
tLongitude-2.554557


Rue Bric et Brac

Presse passée

TTamponnée par le train

Ambon, 26 juillet - Un terrible accident s'est produit jeudi matin au passage à niveau de Brouel.
Madame veuve Savary traversait la voie quand elle fut tamponnée par le train de la Roche-Bernard, passant sur ce point à 11h.30.
L'infortunée fut ransportée par son petit-fils à Ambon mais elle rendit son dernier soupir en route.

LE NOUVELLISTE DU MORBIHAN - 02 janvier 1890

TUn vitrail de l'église brisé

Ambon, 26 décembre - Pendant la première messe, vers 6h30, un inconnu a brisé un vitrail de l'église d'Ambon avec une pierre. Une enquête est ouverte.

LE NOUVELLISTE DU MORBIHAN - 28 décembre 1912

TUnion catholique

Ambon, 3 janvier - À Ambon, dimanche dernie, M. le chanoine Moisan a donné une conférence sur l'Union catholique. Plus de deux cent cinquante hommes avaient répondu à l'appel de M. le recteur.
Après la conférence, qui a été très applaudie, tous les auditeurs se sont rendus en cortège et en chantant des caontiques à travers le bourg jusqu'à l'église paroissiale.
La bénédiction du Saint Sacrement a terminé cette belle journée.

LE NOUVELLISTE DU MORBIHAN - 5 janvier 1913

TMort de la doyenne d'Ambon

Ambon, 28 mars - Une figure bien sympathique vient de disparaître. Mme Françoise Langéo, veuve le Pendu, est décédée au village de Lannouet à l'âge de 93 ans. Elle était la doyenne de la commune d'Ambon, très probablement aussi celle de tout le canton de Muzillac.

LE NOUVELLISTE DU MORBIHAN - 30 mars 1913

TArrestation d'un déserteur

Ambon, 16 mai - René-Paul-Jean Pautremattre, soldat conducteur au 28° d'artillerie, 1° batterie, a été arrêté apr la gendarmerie à Lionne, en la commune d'Ambon.
Le 4 mai, il avait franchi le mur de la caserne, emportant ses effets. Le 6 mai, il arrivait à Ambon et s'embauchait chez un fermier, prétendant avoir une permission en règle. N'ayant pu montrer sa permission,il fut mis à la porte de la ferme le surlendemain. Depuis, il allait de ferme en ferme, couchant la nuit dans les granges.
Il a été arrêté à Vannes.

LE NOUVELLISTE DU MORBIHAN - 18 mai 1913

TPigeon voyageur

Ambon, 4 juillet - M. Hervé, instituteur à Ambon, a recueilli un pigeon voyageur portant une bague en métal avec l'inscription 79 57 NURPE11 et sur une bague en caoutchouc 665 U.

LE NOUVELLISTE DU MORBIHAN - 6 juillet 1913

TMordu par un cheval

Ambon, 12 septembre - Le nommé François Le Bodého, au service de Mme veuve Le Floc'h d'Ambon, a été mordu par son cheval qui lui a enlevé la dernière phalange du deuxième et troisième doigt de la main droite. Des soins lui ont été donnés aussitôt par le docteur orhan de muzillac.

LE NOUVELLISTE DU MORBIHAN - 14 septembre 1913

pPresse passée

La presse du passé est passionnante !

Regorgeant d'anecdotes ou de faits-divers, parfois croustillante, souvent sordide, parfois amusante, elle nous permet de ressentir la manière de pensée de nos aïeux, de ceux qui ont vécu en cette commune, en ce territoire, de ceux qui l'ont fait vivre et que nous visitons.

La presse passée redonne vie aux simples citoyens, à ces gens qui n'auront jamais nom en livres d'histoire.

Il est plaisant d'y voir l'évolution des importances: en 1900, le commissaire fait une enquête pour un vol de jambon.

La violence est importante: violences ménagères ou non sont courantes, violences villageoises, banditisme ou non aussi ; les comptes se règlent à coups de poings, de bâtons ou autres armes.

Les cuites sont monnaie courante et pas exclusives de certaines régions: nombre de nos aïeux - ayant sans doute très soif, picolent sec !

Un prix spécial devrait être décerné à certains journalistes de cette presse ancienne: les coupures concernant les cuites et amendes en découlant sont parfois d'un humour extraordinaire.

Nous ne pouvons que vous conseiller de lire et acheter la Presse: vous la ferez vivre et imprimerez l'Histoire !