GuidesAccueil

Affoux

Presse passée

:

Sponsor

affoux
<Cliquer l'image>

Cette entreprise soutient notre projet; nous l'en remercions. Faites-la travailler !.


  • VOTRE ENTREPRISE
    Son adresse
    05000 Gap
  • Téléphone: 04 92 53 79 42
  • Portable: 04 92 53 79 44
  • Télécopie: 04 92 53 79 43

  • http://www.son-site.aa
  • courriel@son-site.aa

  • Latitude: 44.561701
  • Longitude: 6.082842


Affoux

affoux
tFrançais Affoux
tPopulation 300 hab
tGentilé
tSuperficie 10,65 km²
tDensité28.17 hab/km²
tLatitude 45°50'60" N
tLongitude 4°24'0" E
tLatitude45.833302
tLongitude4.400000

Rue Bric et Brac

Presse passée

AffouxLes chenilles

Affoux, 10 février - Si nous en croyons les renseignements qui nous parviennent de diverses localités de nos environs, nous serions menacés, pour l'année 1863, d'une invasion, de chenilles plus formidable que jamais. Les bourses ou nids sont innombrables, et tellement que l'échenillage prescrit avec tant de raison par les actes administratifs, fut-il aussi strictement exécuté qu'il l'est peu, sera nécessairement impuissante. Il peut être pratiqué avec une certaine efficacité dans les champs et les vergers, mais il y a des forêts entières couvertes de nids, et qu'il faudrait abattre pour extirper le mal dans sa racine.
Les bourses apparentes ne sont pas, du reste, les seuls foyers qui recèlent le fléau, il faut y ajouter les bagues, amas d'œufs disposés circulairement autour des branches les plus élevées et les plus délicates, et qu'un examen attentif arrive à grand peine à faire découvrir.
Nous avons vu de ces rameaux qui, dans un espace de quinze centimètres, ne portaient pas moins de deux ou trois de ces anneaux, contenant chacun de six sept cents oeufs.
On peut juger par là de l'étendue et de la portée du fléau qui menace nos campagnes, et qui ne s'attaque pas seulement aux produits de la terre mais peut affecter jusqu'à un certain point la santé de l'homme.

LE COURRIER DE LYON - 12 février 1863

AffouxCrime à Affoux

Affoux, 20 septembre - La commune d'Affoux, canton de Tarare, a été ensanglantée, au commencement de cette semaine, par un meurtre commis avec le plus grand sang-froid. Une bourse avait été volée dans une maison de ce village et la justice n'avait pu découvrir l'auteur du crime. Un propriétaire, M. Morlon, raconta avoir entendu son voisin, le nommé X..., railler l'impuissance des magistrats et se vanter d'avoir dérobé celle bourse.
Arrêté et interrogé par le procureur impérial, ce dernier nia énergiquement avoir tenu ce propos ; faute d'autres preuves contre lui, il fut relâché.
Lundi dernier, partant pour la chasse, il annonça en brandissant son fusil, qu'il avait trois pièces de gibier à tuer, mais que c'étaient des loups et non des lièvres.
Quelques heures après, il rencontra M. Morlon dans le village et lui demanda : Rediriez-vous encore que c'est moi qui ai pris la bourse ?
- Certainement,
répondit son voisin, puisque je vous l'ai entendu dire à vous-meme.
Il avait à peine achevé de prononcer ces paroles, que X... lui tirait à bout portant un coup de fusil, et la balle traversait d'outre en outre le corps de la victime.
J'en ai encore deux à abattre, s'écria l'assassin, et je me f... de la gendarmerie. Je connais mieux qu'elle la montagne et les bois. Là dessus, il partit sans que personne cherchât à l'arrêter.
La force armée est à sa poursuite.

LE TEMPS - 25 septembre 1861

pPresse passée

La presse du passé est passionnante !

Regorgeant d'anecdotes ou de faits-divers, parfois croustillante, souvent sordide, parfois amusante, elle nous permet de ressentir la manière de pensée de nos aïeux, de ceux qui ont vécu en cette commune, en ce territoire, de ceux qui l'ont fait vivre et que nous visitons.

La presse passée redonne vie aux simples citoyens, à ces gens qui n'auront jamais nom en livres d'histoire.

Il est plaisant d'y voir l'évolution des importances: en 1900, le commissaire fait une enquête pour un vol de jambon ; . La violence est importante: violences ménagères ou non sont courantes, violences villageoises, banditisme ou non aussi ; les comptes se règlent à coups de poings, de bâtons ou autres armes.

Les cuites sont monnaie courante et pas exclusives de certaines régions: nombre de nos aïeux - ayant sans doute très soif, picolent sec !

Nous ne pouvons que vous conseiller de lire et acheter la Presse: vous la ferez vivre et imprimerez l'Histoire !