GuidesAccueil

Douarnenez

Anecdote

:

Sponsor

douarnenez
<Cliquez l'image>




TDouarnenez: Anecdote

Godons et catamaran

Au XVII° siècle, l'Europe continue sur sa lancée, explore les territoires lointains, explose vers tous les horizons, commence à coloniser les territoires nouvellement découverts, est active sur tous les fronts et surtout, se libérant des carcans religieux, innove, invente, essaye. Nos voisins Godons, en 1665, testent le premier catamaran d'Europe, L'Expérience.

Sacrés anglais...

Douarnenez

douarnenez


tFrançais Douarnenez
tBrezhonegDouarnenez
 
tPopulation 15 100
tGentilé douarnénistes
tSuperficie 24,94 km²
tDensité605.45 /km²
 
tLatitude 48°6'60" N
tLongitude 4°20'60" W
tLatitude48.099998
tLongitude-4.333330


Rue Bric et Brac

Tles Godons testent leur premier catamaran

XVII° siècle: L'Europe continue sur ses lancées, explore les territoires lointains, explose vers tous les horizons, commence à coloniser les territoires nouvellement découverts; elle est active sur tous les fronts et surtout, se libérant des carcans religieux, elle innove, elle invente, elle essaye...

C'est en 1665, chez nos voisins anglais - plus souvent appelés les Godons, avec une certaine rivalité - que sera testé le premier catamaran d'Europe. Ce nouveau navire sera appelé L'Expérience car on ne sait encore si cela fonctionnera.

Jean bart
Jean Bart a dû y voir intérêt

TLettre écrite de Londres touchant à la description d'un navire de nouvelle fabrique inventé par le chevalier Petti, anglois

Comme tout le monde était dans l'attente du succès qu'aura l'entreprise qu'a fait le Chevalier Petti de construire un navire de nouvelle fabrique, il se vit un concours incroyable de peuple sur les bords de la Tamise, pour voir mettre ce navire à l'eau. Comme il était vide, lorsqu'il y fut mis, il ne tirait que 7 pieds et demi d'eau Soit un tirant d'eau de 2.30 mètres..

On le voulait nommer Gemnin parce qu'il est composé de deux petits vaisseaux; mais enfin on lui donna le nom de L'Expérience', à cause de l'incertitude de l'évènement qu'il aura.

Pour en comprendre la structure, il faut s'imaginer deux petits vaisseaux joints ensemble par une plateforme, en sorte qu'il reste entre les deux un intervalle presque aussi large que les deux vaisseaux ensemble, au travers duquel l'eau à liberté toute entière de couler. Chaque vaisseau est long de 80 pieds de quille. La largeur avec la plateforme n'est que de 32 pieds; la hauteur depuis les quilles jusqu'à la plateforme est de 14 pieds.

Si on se sert de ce navire en guerre, il portera 50 pièces de canon, deux cent hommes et des vivres pour trois mois. Si on s'en sert comme navire marchand, il portera trois cent tonneaux.

Les avantages que l'on espère tirer de ce navire font, premièrement, qu'il ira plus vite que ceux dont on se sert jusqu'à présent car il portera 2 à 3 fois plus de voiles que les autres. N'ayant point de lest, il sera plus léger et par conséquent ira plus vite.

On prétend aussi que ce navire sera plus sûr que les autres parce que la figure de ses côtés, avec l'eau qui coulera entre les deux vaisseaux, empêchera qu'il n'aille de gîte. N'étant point lesté, il ne coulera pas non plus à fonds, quelque ouverture qu'il ait, et principalement s'il est délesté de ses canons. Les quilles, étant supportées par quantité de poutres droites, le garantiront quand il touchera la terre avec toute sa charge. Il ne portera pas le nez dans l'eau et son mât rompra plus tôt dans la tourmente.

Troisièmement, on dit que ce navire sera encore plus commode que les autres en ce que l'eau passant tout de suite au gouvernail le long de ses côtés directs, elle fera tourner le navire plus rapidement que les autres dont le gouvernail ne reçoit qu'une eau rompue par les côtés du vaisseau qui font courbes.

Ce navire n'étant pas rond comme les autres, il roulera moins dans la tempête et comme il n'effleurera et ne se baissera presque pas, il pourra même servir dans la tourmente et le combat avec ses canons qui sont plus bas; ce que l'on ne peut faire avec les autres vaisseaux. Dans le calme, on pourra faire aller le vaisseau à la rame entre ses deux petits vaisseaux, au dessous de la plateforme, outre qu'on pourra aussi se servir de rames en dehors, comme il arrive tous les jours aux autres. Parce que ce navire sera également propre à servir en guerre et pour les marchandises, et comme il est plus léger que les autres, il sera très utile pour porter les nouvelles au lieu où il sera nécessaire, à jeter du secours dans une place assiégée, à aller reconnaître l'ennemi, et même dans les combats, il aura beaucoup d'avantages que l'on peut aisément imaginer.

Ce qu'on craint le plus dans ce vaisseau est sa dissolution. Car enfin, se trouvant entre les deux vaisseaux dont le navire est composé, un intervalle considérable, on appréhende que les vagues qui feront de très gros efforts dans cet espace, ne séparent les deux vaisseaux. Mais, comme on fait cette objection, d'abord qu'on a opposé la structure du navire, celui qui l'a entreprit s'est, à ce qu'il dit, tellement précautionné contre cet accident qu'il tient que c'est ce qu'il y a le moins à craindre.

Certainement, il se trouve quelques causes secrètes qui en retardent le cours et en rendant la navigation plus périlleuse, on ne voit pas de raison apparente qui empêche que cette entreprise ne réussisse. En ce cas, il faudra changer beaucoup de choses dans l'architecture navale qui a été à présent observée et les esprits auront de quoi s'exercer dans la recherche des causes du nouveau mouvement qui se rencontrera dans l'agitation autour de ce navire.

Le Journal des Savants - Année 1665