GuidesAccueil

Bolazec

Anecdote

:

Sponsor

bolazec
<Cliquer l'image>


PBolazec: Anecdote

Toutes nos communes voient l'existence de petites histoires locales, parfois amusantes, parfois tristes, parfois sordides.

Elles voient aussi ajouté à cette rubrique des informations non classables sous les autres rubriques concernant la commune de Bolazec.

Bolazec

bolazec


tFrançais Bolazec
tPopulation 200 hab
tGentilé bolazécois
tSuperficie 17,47 km²
tDensité11.45 hab/km²
tLatitude 48°27'0" N
tLongitude 3°35'60" W
tLatitude48.450001
tLongitude-3.583330


Rue Bric et Brac

Anecdote

TSoucoupe mais cubique

Le 16 janvier 1966, alors qu'il revenait de Callac dans sa Dauphine, Eugène Coquil, vers 4 heures du matin, fit une rencontre improbable sur les routes de Bolazec. En effet, au milieu d'un champ, Eugène fut attiré par des lumières rappelant un tracteur en panne...

À l'époque habitant à cinq kilomètres de Morlaix, Eugène, marié depuis cet évènement et père de deux enfants, rentrait de Callac vers 4 heures du matin. Il avait passé la journée et une partie de la nuit avec sa promise et sa future belle-famille. Roulant tranquillement au rythme de sa Dauphine, il remarqua alors une lumière au milieu d'un champ. Il n'était plus qu'à un kilomètre du bourg de Bolazec et à trois cents ou quatre cents mètres de ce qu'il croyait être un tracteur.

Descendant de sa Dauphine, s'approchant du tracteur, il remarqua alors qu'il était face à un objet inconnu, brillant de fortes lumières lui permettant, comme il le signalera plus tard, de conduire sa Dauphine sans allumer les phares.

Eugène ne put définir le colori des lumières mais il affirma que chaque côté du cube était lumineux et que la forme du feu rappelait les feux arrières d'une 404 Peugeot. Il signala aussi la présence de hublots et donna les cotes de cet engin qui faisait approximativement la taille de deux Dauphines ; soit 3.50 x 3.50 mètres.

Sans doute intrigué par les lumières restées allumées de la Dauphine, l'engin se déplaça lentement pour aller inspecter le véhicule. Proche de son véhicule, Eugène s'y précipite pour s'échapper car, armé de sa carabine, il a bien compris qu'il ne ferait pas le poids.

Réfugié dans sa voiture, Eugène vit alors l'intrigant cube se placer au-dessus de la Dauphine, approximativement à trois mètres. L'enquêteur lui demanda s'il avait eu envie de toucher l'objet mais Eugène fit remarquer à l'enquêteur qu'il était en voiture et que l'objet était trop haut pour l'atteindre.

Un peu effrayé, Eugène tenta alors de démarrer son véhicule qui cala quatre ou cinq fois ; non du fait de l'engin volant mais de cette panique qui gagnait Eugène. Sans doute rassuré par son examen, l'engin se déplaça alors puis se posa au sol, ou plutôt se stabilisa près du sol car il était à hauteur des herbes, près de la route.

Rentré chez lui, Eugène ne parla pas de son expérience stupéfiante. Il attendit le lundi pour en parler à son boulanger qui alerta la mairie. Le secrétaire de la mairie de Bolazec prit alors l'affaire en main et prévint la maréchaussée qui envoya ses enquêteurs spécialement de Quimper.

Il fut demandé à Eugène s'il n'avait pas fêté quelque évènement ou arrosé la soirée. Étant chez ses futurs beaux-parents, il déclara ne pas avoir bu et ce fait fut confirmé par sa future femme et sa future belle-famille.

Il est intéressant de signaler qu'Eugène Coquil signala que l'OVNI était cubique, forme parfaitement adaptée pour les voyages interstellaires: l'abscence d'air et de frottements n'imposant pas les fusées que l'on peut voir dans les films habituels.

Cette remarque, vous en conviendrez, donne profonde véracité à cet évènement.